JO 2008: Les vrais faux feux d'artifice de la cérémonie d'ouverture

Christina Lionet à Pékin

— 


Les Chinois, inventeurs et maîtres de la pyrotechnie, auraient réussi l’exploit de diffuser en direct de faux feux d’artifice? C’est en tout cas ce qu’ont affirmé  ce week-end plusieurs publications chinoises, reprises par l’agence de presse officielle Xinhua.
 
Ainsi, la splendide succession de bouquets menant au «nid d’oiseau»,  retransmise en direct par les télévisions, n’aurait été que de la poudre aux yeux. Ou plutôt des images concoctées sur ordinateur. Il y  a de quoi en perdre son chinois…
 
Explications. Les explosions ont bien eu lieu, orchestrées de main de maître. Il ne s’agit pas d’un spectacle à la David Copperfield. Mais les images télévisées, elles, auraient été fabriquées et travaillées au cours des mois précédant l’événement pour être les plus vraisemblables possibles. Puis elles auraient  été insérées au moment «M» dans la retransmission en direct du spectacle, selon l’un des responsables des effets visuels de la cérémonie, cité notamment par le site d’informations Xiandai Kuaibao.
 
La voie de la sagesse?
 
Il s’agit là d’une belle prouesse technique. Les spectateurs, d’ailleurs, n’y ont vu… que du feu. Reste une question : «Weishenme?» Pourquoi? Tout simplement parce que le tournage en temps réel de la série des 29 explosions successives était impossible, selon les responsables cités. Il aurait notamment mis en danger le pilote de l’hélicoptère armé de caméras. Seule la dernière explosion aurait donc été retransmise en temps réel.
 
Par ailleurs, il était difficile de trouver un angle permettant d’embrasser l’ensemble du spectacle… mais il était également impossible de manquer la vision de Pékin s’embrasant à la gloire de l’olympisme.
 
La supercherie était donc, en quelque sorte, la voie de la raison. Reste à savoir pourquoi les auteurs de cet exploit technique n’ont pas décidé une fois pour toutes de laisser les spectateurs avec leurs illusions et de laisser filtrer l’information…
JO2008