Fabrice Jeannet en demi-finale «à la gnaque»

Pierre Koetschet

— 

La France a conservé son titre dans l'épreuve de l'épée messieurs par équipes en battant en finale l'Espagne à la mort subite (42-41) et décroché la deuxième médaille des Français lors des Championnats du monde d'escrime, jeudi à Turin.
La France a conservé son titre dans l'épreuve de l'épée messieurs par équipes en battant en finale l'Espagne à la mort subite (42-41) et décroché la deuxième médaille des Français lors des Championnats du monde d'escrime, jeudi à Turin. — Giuseppe Cacace AFP
Envoyé spécial à Pékin

Fabrice Jeannet enlève son casque et, les yeux exorbités, il hurle comme un loup à la face de son adversaire kirghize. «C’est un voyou. C’était pas de l’escrime, mais du combat de rue.» Il vient de remporter son premier combat (15-14), Le début d’une matinée de folie.

 
>>Une demi-finale à suivre en direct sur 20minutes.fr…
 

«Coups de coude, coups de genou, j’ai pris des coups à chaque touche, il a tout fait pour me faire péter les plombs.» Le benjamin des Jeannet s’en sort finalement à l’arraché, mais sans bobos. «C’est lui qui sort le nez ouvert. Je sais pas comment c’est arrivé, c’était pas fait exprès», lâche-t-il dans un sourire.

 

Fabrice Jeannet est sur la corde raide. En panne de résultat, l’ancien champion du monde 2003 n’était classé que 27e au début des Jeux. Alors après chaque opposition, il ressort la même rengaine. «Je n’ai toujours pas mes sensations».

 
Tirer juste
 

Pourtant, les matchs s’enchaînent, et ils sont de plus en plus facilement gagnés. Après sa victoire face au Canadien Igor Tikhomirov, Fabrice Jeannet sort même: «C’était de la récupération active», à peine plus compliqué qu’une balade de santé. Péché d’orgueil? Pas vraiment, car dans la foulée, Fabrice Jeannet sort bien sûr la même rengaine: «je n’ai toujours pas mes sensations, et j’ai le poignet strappé.»

 

A l’entendre, il ne faut pas espérer grand-chose de sa demi-finale face au Hongrois Gabor Boczko. «Ca va être très, très compliqué. Je n’ai toujours pas mes sensations d’escrime, alors je vais y aller à la gnaque. Je ne tire pas très bien, mais je tire juste.» C’est encore la meilleure méthode.