Mondial de handball: Les Bleus ont «pris des tartes» et sont «fiers» d'avoir su répondre aux Allemands

HANDBALL La France a arraché un très précieux match nul à la dernière seconde mardi à Berlin... 

N.C.

— 

La France a arraché le match nul (25-25) au terme d'une grosse bagarre contre l'Allemagne, au premier tour du Mondial de handball, le 15 janvier 2019.
La France a arraché le match nul (25-25) au terme d'une grosse bagarre contre l'Allemagne, au premier tour du Mondial de handball, le 15 janvier 2019. — Kay Nietfeld/AP/SIPA

C’était le premier gros test de ce Mondial, et l'équipe de France a su éviter le pire. Malmenés par l’Allemagne, survoltée devant de son public de Berlin, mardi soir, les Bleus ont arraché à la dernière seconde un match nul (25-25) qui devrait leur permettre (en attendant les résultats de jeudi) d’attaquer le tour principal en position de force, quand une défaite aurait sérieusement compliqué la situation.

Le héros du soir se nomme Timothey N’Guessan, qui s’est élevé à 5 mètres de haut (au moins) pour enfoncer la cage allemande sur un ultime coup franc avec trois secondes à jouer. Un petit miracle bien mérité, racontent les Bleus. « C’est une très bonne chose de ne pas avoir perdu quand on voit l’ambiance qu’il y a eu, la façon dont l’Allemagne a poussé, relève Luka Karabatic. Il y avait beaucoup de choses contre nous, on a plié mais on n’a pas cédé. On peut être fier de nous et du répondant qu’on a eu, de notre combativité. »

La bagarre a été à la hauteur de ce qu’on attendait tous. Les Allemands, éliminés dès les 8e de finale il y a deux ans et toujours battus par les Bleus dans les matchs qui comptent ces dernières années (en demi-finale des JO de Rio​ par exemple), comptaient bien marquer leur territoire. « A chaque fois qu’on lançait quelqu’un au centre de leur défense il se prenait des tartes, il fallait lâcher les ballons, indique Kentin Mahé. On n’a pas démérité. Cela a été compliqué. On s’est retrouvé contre une équipe qui alternait (les systèmes défensifs), avec énormément de taille. On a réussi à garder notre sang-froid, à rester lucide, c’est ce qui a été décisif. »

« Ce match va nous aider à nous forger »

Le demi-centre des Bleus a été l’homme du match, avec un énorme 9/11 au tir. Une satisfaction pour lui, qui a grandi et a été formé en Allemagne. « C’était un match que j’attendais depuis longtemps », reconnaît-il. Il ne s’est pas raté, et voilà la France vraiment lancée. « Ça reste un match de poule et un match nul, mais il va nous aider à nous forger », croit l’arrière Adrien Dipanda.

Il faudra toutefois faire sans Cédric Sorhaindo pour la suite. Le capitaine des Bleus est sorti dès les 10 premières minutes mardi, touché au mollet. Sa compétition est peut-être terminée. « Un gros coup dur », dit Luka Karabatic. Un coup dur qui pourrait précipiter le retour de son frère Nikola.