Edwin Jackson, la nouvelle bonne pioche de Nanterre

BASKET La star de l'équipe de France junior a été prêtée pour un an...

Julien Debove

— 

Villeurbanne - Hyères-Toulon (94-78). Chahutée ces dernières semaines et battu par Dijon, l'Asvel a sonné le réveil en dominant outrageusement un HTV relativement impuissant. Supérieur dans la raquette, avec notamment 8 (!) rebonds offensif pour Troutman, Villeurbanne a brillé en attaque mais surtout retrouvé une cohésion défensive qui lui ouvre de belles perspectives.
Villeurbanne - Hyères-Toulon (94-78). Chahutée ces dernières semaines et battu par Dijon, l'Asvel a sonné le réveil en dominant outrageusement un HTV relativement impuissant. Supérieur dans la raquette, avec notamment 8 (!) rebonds offensif pour Troutman, Villeurbanne a brillé en attaque mais surtout retrouvé une cohésion défensive qui lui ouvre de belles perspectives. — Philippe Merle AFP

Remplacer un crack par un crack. Tout juste orphelin d’Adrien Moerman, meilleur joueur de Pro B l’an dernier, Nanterre a réalisé une nouvelle bonne pioche en obtenant le prêt pour un an du jeune (18 ans) arrière de l’Asvel, Edwin Jackson.

Le basket dans le sang

«Mon père a explosé ici à Paris. J’espère que ça se passera aussi bien pour moi.» Edwin a effectivement le basket dans le sang. Son père Skeeter, un intérieur américain naturalisé français, a fait les beaux jours de l’équipe de France au début des années 90.

Jackson arrive à Nanterre pour se relancer après une saison délicate à Villeurbanne. En 2007, il sortait pourtant d’une année de rêve à l’Insep. Avec son élégant shoot à trois points et ses qualités athlétiques de sauteur en hauteur, il avait même terminé meilleur marqueur de l’équipe de France junior aux championnats du monde devant Nicolas Batum et Alexis Ajinça, deux joueurs aujourd’hui en NBA.

A Nanterre pour vieillir

La NBA, un rêve qu’Edwin caresse lui aussi: «Je sais que c’est possible d’arriver en NBA et je travaille tous les jours pour cet objectif. En attendant, je viens à Nanterre pour progresser. Adrien [Moerman] ne m’a dit que du bien de l’entraîneur. Pascal Donnadieu, c’est quelqu’un qui s’investit beaucoup pour faire exploser les jeunes. Je suis là pour mûrir et gagner de l’expérience avec plus de responsabilités sur le terrain.»

Jackson n’arrive pas totalement en terre inconnue. A Nanterre, il retrouve un paquet de joueurs (Plateau, Kerckhof, etc.) passés comme lui par l’Insep. Avant de revoir ces vieilles connaissances, il sera du 1er au 15 août en Lettonie pour l’Euro des moins de vingt ans. Un échauffement idéal avant d’attaquer la saison de Pro B.