Quai 54: l'opération coup de poing du basket de rue français

BASKET La 6e édition du meilleur tournoi européen a été un succès…

— 

Le tournoi de basket de rue du Quai 54 à Paris, édition 2007
Le tournoi de basket de rue du Quai 54 à Paris, édition 2007 — H. LAWSON-BODY/Avec l'aimable autorisation du Quai 54


Certains étaient déjà là à sept heures du matin afin de trouver une place. Pour sa 6e édition, le Quai 54, le meilleur tournoi de basket de rue en Europe, s’est installé à la Halle Carpentier, à Paris. L’un des hauts lieux de la boxe française a servi de ring pour les meilleurs basketteurs de l’Héxagone et toute une série d’équipes étrangères.


Tribunes pleines à craquer


Un bon paquet de spectateurs sont restés à quai, à l’entrée du stade. Depuis le matin, les tribunes sont pleines à craquer . A tel point qu’il est encore plus difficile d’avancer dans les rangées pour trouver un siège que de se faufiler sur le Périphérique, situé juste en contrebas du playground, construit pour l’occasion. Les tours du sud du XIIIe arrondissement de Paris servent d’arrière plan pour les meilleurs dunks du week-end, rien de mieux pour rappeler www.basketsession.com/category/streetball/quai54-streetball/


Les Américains jettent l'éponge

L’organisateur Hammadoun Sidibé est en tout cas fier de son bébé: «On fait mieux chaque année. On a maintenant un tournoi qui a la classe avec la crème de la street.» Effectivement le niveau est là. Les joueurs prennent du plaisir et sont prêts à laisser leurs tripes sur le bitume. Jusqu'à certaines limites. La finale de l'édition 2008 a été marquée par le départ en plein match de la sélection new-yorkaise, qui a mis en cause la brutalité de ses adversaires (l'équipe de l'international français Sacha Giffa) et la passivité des arbitres.


On boxe aussi avec les mots


A la Halle Carpentier ce week-end, on a aussi «boxé avec les mots». La crème de la street, c’est aussi DJ Lord Issa aux platines, Mokobe, l’un des leaders du 113 pour commenter le match, Kery James en showcase et la moitié de la scène rap française dans les tribunes. Le temps d’un week-end, les spectateurs ont eu le droit à un énorme tournoi de basket de rue et un grand concert de rap en prime. Ca valait le coup de se lever à l’aube ou, comme certains, de fabriquer de faux bracelets VIP pour déjouer la vigilance de l’imposant service de sécurité.