Une étape taillée pour les sprinteurs

Julien Ropert

— 

Thor Hushovd le Norvégien devient, sur un vélo, un digne descendant des redoutables guerriers Vikings, puissant, ignorant la peur et la pression.
Thor Hushovd le Norvégien devient, sur un vélo, un digne descendant des redoutables guerriers Vikings, puissant, ignorant la peur et la pression. — Joël Saget AFP/Archives

Cinq ans après son dernier passage à Nantes, le Tour revient. Troisième étape de l'édition 2008, ce Saint-Malo-Nantes ne semble guère propice aux surprises. « Après deux premières étapes plutôt vallonnées, l'étape de Nantes sera la première véritable occasion pour les sprinteurs de se mettre en valeur, juge le Nantais Lilian Jégou (Française des Jeux, 125e au général). Toutes les équipes qui en comptent dans leurs rangs vont travailler pour s'offrir un sprint. Je ne me fais pas trop d'illusions sur une éventuelle échappée. » L'étape nantaise devrait donc logiquement se terminer par une explication entre spécialistes, sur le quai de la Fosse.


Prime aux locaux?


« C'est un beau final, apprécie cet ancien locataire de la butte Sainte-Anne. L'arrivée est rectiligne, dégagée, et ne présente pas de danger pour un sprint massif. Il y a juste deux ou trois endroits où il faudra être bien placé. » Le genre de détails sur lequel Lilian Jégou, qui a parcouru ces routes cinq ans durant pour aller s'entraîner, peut apporter un petit plus à son sprinteur, Sébastien Chavanel. « Nous avons reconnu ensemble les quinze derniers kilomètres du parcours en avril. Je connais tous les virages, plein de petites choses qui peuvent aider. » Car l'objectif reste avant tout collectif pour le Nantais, qui dispute son troisième Tour. « Moi, je ne suis pas là pour gagner, je suis surtout un capitaine de route. Si je gagne, c'est par procuration. Il faut avant tout mettre Sébastien dans de bonnes conditions. Si on a la chance de gagner une étape et qu'en plus c'est à Nantes... »