Les Danois venus de nulle part

Romain Scotto

— 

Le Suédois Klas Ingesson échappant au Danois Brian Laudrup lors d'un match de l'Euro 1992, le 14 juin 1992.
Le Suédois Klas Ingesson échappant au Danois Brian Laudrup lors d'un match de l'Euro 1992, le 14 juin 1992. — AFP/Boris Horvat

Ils n’auraient jamais dû participer à cette compétition. En ce printemps 1992, les joueurs danois, éliminés de la course à la qualification s’apprêtent à suivre ce neuvième championnat d’Europe des Nations devant leur télévision, quand un imprévu d’ordre politique bouleverse leur programme de vacances.

Le déclenchement de la guerre en Yougoslavie précipite l’exclusion des coéquipiers de Dragan Stojkovic. Le Danemark est repêché. Et quitte à faire un court voyage en Suède, autant le rentabiliser…

Les Bleus pas au niveau

Invitée de dernière minute, la bande de Brian Laudrup (son frère Michael ayant décliné la sélection) joue sans aucune pression et développe un jeu libéré. Dès la phase de groupe, les Anglais (0-0) et les Français (1-2) sont les premiers à le vérifier.

L’élimination des Bleus au premier tour constitue la première grosse surprise de la compétition. Quelques mois auparavant, la sélection de Michel Platini, emmenée par la paire Cantona – Papin, avait pourtant remporté tous ses matches de qualification.

Schmeichel, ce héros

Dans l’autre groupe, l’Allemagne dispute son premier championnat d’Europe sous une bannière unifiée et accède sans surprise au dernier carré du tournoi, face à la Suède. Après une victoire spectaculaire 3-2 face au pays organisateur, elle s’apprête à affronter les Pays-Bas, grands favoris de l’autre demie qui l’oppose aux Danois. C’était sans compter sur la présence d’un certain Peter Schmeichel dans les buts des Scandinaves. A 2-2, lors de la séance de tirs aux buts, le gardien de Manchester United arrête le tir de Van Basten et propulse son équipe en finale.

Cette fois-ci, l’Allemagne, championne du monde en titre, est prévenue. Elle doit percer la muraille Schmeichel et contenir les contre-attaques des ailiers rouge et blanc. Mais comme depuis le début de cet Euro, les Danois prennent à revers tous les pronostics. Grâce à deux buts de Jensen et Vilfort, ils signent le sacre le plus inattendu de l’histoire de l’Euro.

Finale rejouée :
Danemark bat Allemagne : 2-0.
Demi-finales : Danemark bat Pays-Bas : 2-2 (5-4, a.p.) et Allemagne bat Suède : 3-2.