Amélie Mauresmo passe entre les gouttes

TENNIS Difficile qualification au premier tour face à Olga Savchuk...

PK

— 

Amélie Mauresmo et Marion Bartoli font leur début mardi à Roland-Garros avec un jour de retard à cause de la pluie, un contretemps qui leur aura permis de mieux récupérer de leurs blessures.
Amélie Mauresmo et Marion Bartoli font leur début mardi à Roland-Garros avec un jour de retard à cause de la pluie, un contretemps qui leur aura permis de mieux récupérer de leurs blessures. — Jacques Demarthon AFP
Amélie Mauresmo avait prévenu, après un début d’année difficile, entre pépins physiques et moraux, elle abordait sans pression ce quatorzième Roland-Garros d’affilée.

Un changement d’attitude qui aurait pu être payant, tant, lors de ses treize précédentes apparitions, l’ancienne numéro 1 française avait eu l’air dépassée par les attentes placées en elle.

Revivez le match comme en live ici

Après une difficile qualification face à la modeste Olga Savchuk , 81e joueuse mondiale (7-5, 4-6, 6-1), pas sûr que l’ancienne numéro 1 mondiale soit beaucoup plus rassurée.

«On verra au jour le jour»

Dans un match haché par la pluie, la Française, toujours handicapée au service, a commis de nombreuses fautes directes, mais aussi quelques coups de grande classe. Assez pour espérer assez loin dans la compétition? Pas sûr.
«On n'a pas pu beaucoup travailler au service», a expliqué Amélie Mauresmo, toujours dans l’expectative. «C'est délicat de savoir ce que ça va donner. Mais on ne sait jamais. On verra au jour le jour.»

mais une victoire sur terre, c'est toujours bon à prendre, d'autant que c'était le premier match de la saison sur cette surface pour Amélie Mauresmo, à cause d'une déchirure aux muscles intercostaux, conséquence d'une mauvaise toux ramenée d'un match de Fed Cup au Japon fin avril.

En passant ce premier tour compliqué par les éléments, Amélie Mauresmo, tombée au 29e rang mondial, a déjà évité le pire, au prochain tour, celle qui est tout de même tête de série n.22 affrontera une autre mal classée, l'espagnole Carla Suarez, 132e mondiale.