Djokovic au métier

PK (à Roland-Garros)

— 

Djokovic a aussi son comptant de défaites sur terre battue face à Nadal - quatre en autant d'affrontements, dont deux à Roland-Garros en 2006 et 2007 - comme tous les autres joueurs du circuit. Depuis avril 2005, Nadal a gagné 108 de ses 110 matches sur l'ocre. Cette année, il n'a perdu qu'une fois sur son terrain préféré, à Rome, battu par Juan Carlos Ferrero et par... des ampoules au pied.
Djokovic a aussi son comptant de défaites sur terre battue face à Nadal - quatre en autant d'affrontements, dont deux à Roland-Garros en 2006 et 2007 - comme tous les autres joueurs du circuit. Depuis avril 2005, Nadal a gagné 108 de ses 110 matches sur l'ocre. Cette année, il n'a perdu qu'une fois sur son terrain préféré, à Rome, battu par Juan Carlos Ferrero et par... des ampoules au pied. — Roland Magunia DDP/AFP/archives

 

Novak Djokovic a eu très chaud, mené d’entrée 3-0 par l’Allemand Denis Gremelmayr, le numéro 3 mondial a bien cru que son séjour sur la terre battue parisienne allait se terminer bien plus tôt que prévu.
Retrouvez toutes nos infos sur Roland-Garros ici
Incapable de faire la différence dans le premier set, balloté dans le second, l’impatient Serbe s’en est sorti grâce aux… rallyes de fond de court, pourtant pas sa spécialité. «Ca m’a fait plaisir de gagner ces points», explique Djokovic après sa difficile victoire (4/6, 6/3, 7/5, 6/2). «J’ai mis du temps à m’habituer à la surface et aux balles, et je ne jouais pas très bien».
 
Toujours optimiste, «Nole» entend prendre ce premier tour accroché du bon côté: «Même si je ne suis pas content de la manière dont j’ai joué, c’est toujours bien de s’habituer à ces matchs difficiles tôt dans le tournoi». Un peu tôt peut-être.