Les Françaises vues par Georges Goven

Propos recueillis par R.S.

— 

Eliminées l'année dernière dès le premier tour de la Fed Cup par l'Italie, les Françaises ont une sérieuse revanche à prendre en demi-finales ce week-end sur la terre battue de Castellaneta Marina (sud-est).
Eliminées l'année dernière dès le premier tour de la Fed Cup par l'Italie, les Françaises ont une sérieuse revanche à prendre en demi-finales ce week-end sur la terre battue de Castellaneta Marina (sud-est). — Jean-Christophe Verhaegen AFP/Archives
Le capitaine de l’équipe de France de Fed Cup possède un oeil averti sur les chances des joueuses françaises à Roland Garros. Pour 20minutes.fr, il livre son analyse.

Alizé Cornet:
«Côté français, c’est la joueuse la plus en forme du circuit. Sur terre battue, elle a montré qu’elle avait largement le niveau du top 20. Ses résultats à Charleston puis à Rome sont très encourageants. Elle a quand même battu Kuznetsova et Chakvetadze qui ne sont pas les premières venues. Elle a vraiment progressé cette année. Et je crois que si elle a bien récupéré de ses efforts, elle peut atteindre un quart, voire plus. Elle est pour moi la joueuse qui a le plus de chances de briller et que l’on va le plus regarder. La connaissant, je sais qu’elle est capable d’assurer.»
Son pronostic: «Pourquoi pas un quart ou une demie?»

Marion Bartoli: «Après sa blessure au poignet mercredi, elle est dans l’inconnu. Je ne sais pas comment elle va physiquement mais si elle repart de l’avant, je sais qu’elle peut très bien jouer. Souvenez-vous, l’an dernier, c’est à cette période qu’elle a commencé à bien jouer. Elle avait gagné le tournoi de Strasbourg, puis atteint un 3e tour à Roland. Le mois de mai, c’est sa période. Elle va se réveiller. Mais il faut qu’elle soit bien physiquement. Avec son jeu à deux mains, Marion se dépense plus que les autres joueuses sur le court. Si elle n’est pas au top, ce sera difficile.»
Son pronostic: «Tout dépend de son physique»

Virginie Razzano: «En ce moment, elle alterne les hauts et les bas. Mais je sais que son pic de performance est très élevé. Quand elle joue bien, elle peut battre des “top 10”. Autre chose, Virginie est une joueuse qui aime les surfaces rapides. Comme on annonce de la pluie durant la quinzaine, la terre risque d’être lourde, et donc plus lente. Ca ne va pas l’arranger. Il va falloir qu’elle s’adapte.»
Son pronostic: «Un huitième, voire plus»

Amélie Mauresmo: «C’est le gros point d’interrogation. Je la vois s’entraîner tous les jours et ça a l’air d’être plutôt encourageant. Mais quid de sa blessure intercostale? Le point positif, c’est qu’elle va aborder le tournoi dans une grande fraîcheur mentale, sans pression. Comme elle n’est pas bien préparée, elle peut nous faire le coup de la joueuse libérée qui n’a rien à perdre. Elle peut s’appuyer là-dessus pour monter en régime.»
Son pronostic: «Un quart, comme il y a quatre ans»

Et les autres? «On peut s’attendre à de belles surprises venant d’Aravane Rezaï, Pauline Parmentier ou Nathalie Dechy. Elles ont déjà battu des “top 30”. L’important, c’est qu’elles ne se fassent pas manger par le tournoi. Et puis, n’oublions pas Brémond, Sanchez, Cohen-Aloro qui peuvent aussi poser des problèmes à pas mal de joueuses.»