Philippe Lucas, la grande gueule des bassins

Alexandre Pedro

— 

L'ancien entraîneur de la nageuse Laure Manaudou, Philippe Lucas, a été mis en examen vendredi à Melun (Seine-et-Marne) pour vol, usage de chèques falsifiés, abus de confiance, et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
L'ancien entraîneur de la nageuse Laure Manaudou, Philippe Lucas, a été mis en examen vendredi à Melun (Seine-et-Marne) pour vol, usage de chèques falsifiés, abus de confiance, et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. — Pascal Guyot AFP/Archives

Débardeur coloré, muscles saillants, cheveux longs, colliers et bracelets clinquants: l’ex-entraîneur de Laure Manaudou sait se faire remarquer. Son phrasé argotique fait de lui un bon client médiatique, mais détonne dans le milieu tempéré de la natation.

Nageur médiocre – il se qualifie lui-même de «pince», Lucas se tourne très jeune vers la carrière d’entraîneur au club de Melun. Gros bosseur, parfait autodidacte, Lucas soumet ses nageurs à des séances de stakhanovistes. Comme il aime le répéter à la longueur d’interview: « Si on pouvait être championne olympique en nageant 3 km par jour, on le ferait et moi j'irais jouer au 421 au café avec des potes». Avec Lucas ça passe ou ça casse. Avec Laure Manaudou, les résultats sont exceptionnels.

Sa marionnette aux Guignols

Quand il remarque la jeune dossiste de 14 ans, Lucas persuade les parents de l’adolescente de la faire venir à Melun, où il lui sert de chaperon. Avec Manaudou, la méthode Lucas fonctionne à plein. La nageuse accumule les titres et les records. Parallèlement, l'entraîneur, en conflit quasi permanent avec la fédération, cultive une image de rebelle, multiplie les apparitions télévisées et sa marionnette intègre les Guignols de l'info.




Il profite de sa renommée pour monnayer son talent. Il décroche ainsi un contrat avec un équipementier et joue les consultants foot pour France 2, lui le fan du PSG. En conflit avec son club, Philippe Lucas quitte Melun pour Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales) à l'été 2006, avec un salaire confortable à la clé.

Accrédité par la Roumanie pour les JO

Mais après des Mondiaux exceptionnels en mars 2007 à Melbourne, Laure Manaudou décide de s'émanciper de son mentor. Lucas vit mal la rupture, et prétend que la nageuse «a surtout fui le travail». L’entraîneur se réfugie auprès de ses autres nageuses, parmi lesquels Camelia Potec. Le 21 avril 2008, il tient sa revanche: la Roumaine inflige à Laure Manaudou sa première défaite sur 400 m nage libre depuis 2004.

Toujours fâché avec le DTN, Claude Fauquet, Lucas doit se rendre aux JO accrédité par la fédération roumaine. Reste à savoir si ses démêlées judiciaires lui permettront de faire le voyage pour Pékin.