La reine Justine abdique

TENNIS Numéro 1 mondiale, la championne belge met un terme à sa carrière...

Matthieu Goar

— 

La Belge Justine Henin, numéro un mondiale de tennis, devrait mettre fin à sa carrière de façon imminente, annoncent mercredi plusieurs médias belges.
La Belge Justine Henin, numéro un mondiale de tennis, devrait mettre fin à sa carrière de façon imminente, annoncent mercredi plusieurs médias belges. — Sascha Schuermann DDP/AFP/Archives

La guerrière belge a-t-elle perdu son mental de gagnante qui a terrorisé la planète tennis pendant de longues saisons? Ce mercredi, la numéro 1 mondiale, Justine Henin a en effet annoncé aux journalistes qu'elle mettait un terme à sa carrière. «C'est une page qui se tourne. Je ne ressens pas de tristesse, c'est plutôt un soulagement», a-t-elle ajouté, en indiquant ne plus avoir la motivation nécessaire. Elle a ajouté vouloir s'investir dans une académie de tennis pour les jeunes qu'elle a créée en Belgique. A une dizaine de jours de son tournoi fétiche Roland-Garros qu'elle a gagné quatre fois et auquel elle ne participera pas cette année, cette annonce a ébranlé la planète tennis. Les rumeurs autour de sa retraite emballaient déjà depuis plusieurs jours la machine médiatique belge. Certains journaux étaient affirmatifs...

Un moral en berne


Depuis le début de l'année, la numéro 1 du classement de la WTA est apparue en difficulté. En avril à Miami, elle avait notamment concédé une lourde défaite (6-2, 6-0) contre l'Américaine Serena Williams. Elle était apparue très affectée. La semaine dernière, Henin avait déclaré «manquer de flamme» après son élimination au 3e tour du tournoi de Berlin par la Russe Dinara Safina. Des attitudes et des déclarations plutôt inhabituelles pour Justice Henin, une joueuse au physique «normal» parmi les Russes d’1m90 qui a compensé tout au long de sa carrière son manque de puissance par la variété de son jeu et surtout par sa rage de vaincre. A 26 ans, après avoir régné 117 semaines en tête du classement WTA, son moral a fini par la lâcher. L'usure du pouvoir sans doute...

A suivre sur 20minutes .fr