Bordeaux: «Il y a un sauveteur pour quatre nageurs», une traversée de la Garonne très sécurisée

NATATION Pour cette course si particilère, les organisateurs ne lésinent pas sur la sécurité...

Clément Carpentier

— 

Les nageurs s'élanceront comme d'habitude depuis le ponton d'honneur.
Les nageurs s'élanceront comme d'habitude depuis le ponton d'honneur. — TBN
  • La 12e édition de la traversée de la Garonne se déroule dimanche (11h30).
  • Face à la dangerosité du fleuve, cette course de nage libre est très sécurisée.
  • La combinaison est par exemple obligatoire pour des questions de flottabilité.

Oui, on peut nager dans la Garonne ! Si ce n’est pas vraiment conseillé surtout à Bordeaux, près de 400 nageurs vont pourtant piquer la tête la première dans le fleuve, ce dimanche (11h30), pour la traditionnelle traversée de la Garonne. Dans une eau à 19 degrés, ils devront parcourir 1.700 mètres pour rejoindre la rive droite depuis le ponton d’honneur. Une vraie performance sportive très encadrée dans ce fleuve souvent dangereux. Marc Lafosse, l’organisateur, nous explique le dispositif de sécurité pour cette course pas comme les autres.

Comment se déroule la Traversée de la Garonne ?

Tout d’abord, tout le monde ne part pas en même temps. On déclenche des vagues de concurrents selon le courant. Cette année, il y a en aura quatre. Les moins rapides partent au début et les plus rapides à la fin pour que personne ne se gêne. Il y a un podium après chaque vague.

Les concurrents attendent le départ depuis le ponton de la rive gauche.
Les concurrents attendent le départ depuis le ponton de la rive gauche. - TBN

N’importe qui peut participer à cette traversée de la Garonne ?

Non ! Il faut bien sûr un certificat médical de la part d’un médecin mais aussi un brevet de 400 mètres nage libre délivré par un maître-nageur. Ensuite, nous avons des accords avec trois fédérations pour les licencier. La combinaison est obligatoire pour des questions de flottabilité.

Quelle est la sécurité sur le parcours ?

Des sauveteurs encadrent la course. Il y en a un pour quatre nageurs. Ils naviguent sur des paddles boards. Ils sont là pour rassurer, surveiller et effectuer les premiers soins en cas de problème. Si celui-ci est important, ils peuvent aussi faire appel à des jet-skis équipés de civières flottantes qui prennent en charge le nageur.

La traversée de la Garonne est surveillée par une centaine de sauveteurs.
La traversée de la Garonne est surveillée par une centaine de sauveteurs. - TBN

Avez-vous souvent des incidents ?

Des petits incidents, il y en a régulièrement. Par exemple, des personnes qui sont prises d’angoisse. Deux ou trois par vague. Il y a deux ans, un nageur a fait un début d’infarctus mais il a été très rapidement pris en charge. Ce genre de problème est beaucoup plus rare.

Comment on nage dans la Garonne ?

Ça reste un fleuve dangereux. Les sauveteurs sont donc aussi là pour diriger les nageurs pour qu’ils prennent la trajectoire la plus sécurisée. Il faut anticiper car on peut très vite être déporté par le courant. Il faut nager en crawl et sortir la tête de l’eau régulièrement pour regarder devant car on ne voit rien dans la Garonne. C’est tout noir.

Le parcours de la traversée de la Garonne en 2018.
Le parcours de la traversée de la Garonne en 2018. - TBN

Il y a d’autres dangers ?

Oui, les morceaux de bois. Ils traînent un peu partout. Pour ça, on a des bateaux et les jets skis qui font le ménage pendant la course.

>> A lire aussi : Forte affluence à la traversée de Bordeaux à la nage

>> A lire aussi : Toulouse: Mais oui elle est bonne! Dimanche, on nage dans la Garonne