Les basketteuses de Bourges disputent ce week-end le Final Four de l'Euroligue

BASKET Petit budget mais grandes ambitions...

Julien Debove

— 

Les basketteuses de Bourges ont remporté dimanche le titre de championnes de France en dominant le tenant du titre Valenciennes 71-58, lors du match d'appui de la finale de la Ligue féminine à Valenciennes.
Les basketteuses de Bourges ont remporté dimanche le titre de championnes de France en dominant le tenant du titre Valenciennes 71-58, lors du match d'appui de la finale de la Ligue féminine à Valenciennes. — François Lo AFP

Les basketteuses de Bourges étaient déjà présentes au Final Four de l’Euroligue l’an dernier et leur salle des trophées est déjà bien remplie (3 titres européens). Pourtant le fait de retrouver les Tangos dans le dernier carré européen ce week-end à Brno en République tchèque constitue une authentique surprise, à la hauteur des écarts de budget entre Bourges et les nouveaux riches venus de Russie.

L’effet Abramovitch

Pierre Vincent, coach de Bourges et nouvel entraîneur de l’équipe de France féminine, raconte las à 20minutes.fr: «Les concurrents directs ne font pas de scouting, ils prennent juste les meilleures.» Depuis quelques années, une poignée d’oligarques russes ont choisi pour joujou des clubs de basket féminin, offrant palaces, jets privés et salaires mirobolants aux meilleures joueuses de la planète. A tel point que la WNBA, la petite sœur de la NBA, n’est même plus en mesure de s’aligner et que certaines joueuses ont décidé de sécher la saison estivale américaine.

Tangos sans cash

Le budget de Bourges est quatre, cinq voire six fois inférieur à celui des clubs russes les plus fortunés. Dans ce contexte, l’équipe doit recruter des joueuses dont personne ne veut ou des gamines à peine majeures. C’est comme ça que le club a ajouté la championne du monde australienne Belinda Snell ou l’ancien meilleur espoir européen Sonja Petrovic à un groupe stable et collectif, construit autour de la meneuse internationale Céline Dumerc.

Perdre pour mieux gagner?

Bourges a longtemps été invaincue en championnat de France. Une série de 23 victoires consécutives presque embarrassante pour son entraîneur: «Les gens voulaient qu’on finisse invaincues et donc ils transmettaient ça aux joueuses et à l’encadrement.» La défaite samedi dernier à Challes-les-Eaux est-elle alors une bonne chose avant le début du Final Four vendredi? «C’est la meilleure chose qui pouvait nous arriver. Ça donnait l’impression aux filles que tout était facile.»

Une équipe de Bourges qui fait le printemps?

Et ce n’est pas le cas du menu du week-end risque d’être compliqué. Dès vendredi, Bourges affronte Brno, une vieille connaissance. Les Tchèques avaient sorti d’un point les Tangos il y a deux ans en quart de finale de l’Euroligue. Depuis, elles ont recruté les deux meilleures joueuses du championnat de France des deux dernières saisons (Tamika Whitmore et Hamchétou Maïga-Ba). En plus Brno jouera à domicile. En cas de victoire, les Tangos retrouveront l’une des deux superpuissances russes: soit Ekaterinbourg, soit le Spartak Moscou et ses stars américaines et australiennes.

Le programme du Final Four

Vendredi 11 avril 15h

UMMC Ekaterinbourg (Rus) – Spartak Moscou Région (Rus)

Vendredi 11 avril 18h
Gambrinus Brno (Tch) – Bourges Basket (Fra)

Dimanche 13 avril 15h
Match pour la 3e place

Dimanche 13 avril 18h
Finale