« J'étais très lié avec l'ex-président ajaccien »

Recueilli par David Phelippeau - ©2008 20 minutes

— 

Baptiste Gentili

Entraîneur adjoint du FC Nantes.

Demain soir, le FC Nantes (2e) se déplace à Ajaccio (12e), lors de la 32e journée de L2. C'est un moment particulier pour vous, car vous été l'entraîneur du club corse pendant six ans (1992-1998)...

C'était particulier, mais avec la mort du président ajaccien Michel Moretti, ça l'est encore plus. Nous étions très liés. Il était mon témoin de mon mariage. On ne parlait jamais de Gentili sans Moretti et vice versa.

Le président Kita veut améliorer le staff. Craignez-vous pour votre place ?

J'ai signé pour un an en début de saison. Je n'ai absolument pas peur. De plus, le président s'est engagé. Il nous a dit à Michel Der Zakarian et à moi que si on montait, on continuait. Après, je ne sais pas ce qu'il veut faire. Mais si notre président a des idées avant-gardistes, tant mieux !

En cas de montée en Ligue 1, l'équipe devra-t-elle être beaucoup renforcée ?

Il faut voir. On a des jeunes prometteurs, mais quand on voit nos matchs à Gueugnon (1-1) ou contre Niort (1-1), on peut prendre peur !