VIDEO. Patinage artistique: «Je suis dépitée», confie la styliste de Gabriella Papadakis après le souci de costume aux JO

PATINAGE ARTISTIQUE «C'est ma plus grande, grande, grande angoisse...»

Propos recueillis par Jean Saint-Marc

— 

La patineuse Gabriella Papadakis.
La patineuse Gabriella Papadakis. — AFP
  • Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont connu un souci de costume, ce lundi, aux Jeux Olympiques.
  • Ils se classent malgré tout deuxièmes du programme court.
  • «20 Minutes» a réussi à joindre la styliste qui a conçu la tenue de la patineuse française.

De l’un de nos envoyés spéciaux à Pyeongchang,

Elle a passé la nuit devant la télé. Elle a aussi passé une partie de la nuit à pleurer. C’est en tout cas qu’on a deviné au son de sa voix. Sophie Thomas est la costumière de Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron. Et elle avait besoin de parler. Quelques heures après le problème de costume qui a perturbé les danseurs français aux JO, elle a accepté de répondre aux questions de 20 Minutes.

>> A lire aussi : VIDEO. En plein show, le costume de Gabriella Papadakis se détache

Pour tout vous dire, il n’y avait pas vraiment besoin de questions. Alors on vous livre son témoignage comme ça, brut ou presque.

« C’est ma plus grande, grande, grande (sic) angoisse. Qu’il y ait quelque chose qui casse, quelque chose qui se défasse. J’en ai fait des cauchemars pendant deux nuits, après qu’une patineuse a eu le même souci, lors de l’épreuve par équipes. J’ai pensé : "il faut que je lui dise d’assurer le coup, de faire une couture de plus." Et puis je me suis ravisée : "non, arrête avec tes angoisses, garde-les pour toi, tu vas les perturber !" Et puis voilà. (Elle soupire).

«Je crois en eux»

Je regarde toutes les prestations des patineurs. Et je suis toujours angoissée. Qu’il y ait une couture qui craque, ou n’importe quoi. Là, j’étais absorbée par leur programme, je n’ai pas compris tout de suite. Je n’ai vu qu’à la moitié du programme que le haut de Gabriella était détaché. Ils sont tellement professionnels… Tellement bons, qu’ils ne se sont pas laissés déstabiliser. Mais ça perturbe forcément.

On assure toujours, toujours, toujours (sic). Là, sur sa robe, il n’y a pas beaucoup de tissu, c’est vrai, mais il y a six pressions, un crochet, un zip, on fait toujours en sorte que ce soit attaché, attaché, attaché (sic). Est-ce qu’il y a une pression qui était mal attachée, ça a fait de la tension et ça a fait lâcher les autres ? Je ne sais pas, je suis dépitée.

Je leur ai envoyé un petit message directement. Et à leur coach, et à leurs parents. Je n’attends pas de réponse, je ne tiens pas à ce qu’ils me disent "non, on ne t’en veut pas". Je sais très bien qu’ils m’en veulent, et ils ont toutes les raisons de m’en vouloir. Je m’en veux déjà tellement moi-même ! Mon texto, c’était juste pour m’excuser mille et mille fois. Et les encourager, oui. Ils n’ont que 1,74 pt de retard et leur meilleur programme c’est le libre. Je crois énormément en eux. Ça le fera. Je croise les doigts. »