Souviens-toi, au siècle dernier...

Antoine Maes - ©2008 20 minutes

— 

Le chemin est balisé. Samedi, Lens jouera la finale de la Coupe de la Ligue contre Paris. Ce trophée est le dernier à être venu garnir la vitrine du club, il y a neuf ans. Le trait d'union entre 1999 et aujourd'hui s'appelle Daniel Leclercq. On peut y voir un hasard. « Il a évolué, il s'est adapté, même s'il ne laisse toujours rien passer. Mais dans ces moments-là, Daniel est surtout très bon pour préparer son groupe », explique Eric Sikora, emblématique latéral droit de la fin du XXe siècle et actuel entraîneur des 18 ans nationaux.

Le Druide adaptera-t-il la même recette ? « J'ai relu quelques écrits avant d'aborder cette semaine de préparation », convient celui qui va disputer sa troisième finale, puisqu'il a aussi perdu la Coupe de France 1998 contre... le PSG (2-1). En 1999, après avoir difficilement écarté Sochaux à Bollaert en demi-finale (0-2 après prolongations), Lens avait expédié Metz (1-0) en finale. Cette année, les Artésiens ont aussi lutté pour rejoindre le Stade de France (4-5 au Mans, après prolongations). Mais la comparaison s'arrête là. « Nous, on était ensemble depuis longtemps. On était un peu en fin de cycle. Mais on était une bande de copains. A la limite, on n'avait même pas besoin du coach », poursuit « Captain Siko ». Cette semaine, le staff s'évertue à « asseoir la confiance chez les joueurs », affirme Daniel Leclercq.