Début du procès de l'auteur de l'attentat contre le bus de Dortmund, qui risque perpétuité

JUSTICE Serguei W. voulait faire chuter en bourse les actions du club, contre lesquelles il avait spéculé à la baisse...

N.C. avec AFP

— 

A window of Dortmund's team bus is damaged after an explosion before the Champions League quarterfinal soccer match between Borussia Dortmund and AS Monaco in Dortmund, western Germany, Tuesday, April 11, 2017.
A window of Dortmund's team bus is damaged after an explosion before the Champions League quarterfinal soccer match between Borussia Dortmund and AS Monaco in Dortmund, western Germany, Tuesday, April 11, 2017. — MARTIN MEISSNER/AP/SIPA

Le procès de l'auteur de l'attentat contre le bus de Dortmund en avril dernier, qui cherchait à s'enrichir en bourse, s'est ouvert ce jeudi devant un tribunal de la ville. Le procès de Serguei W., un germano-russe, est prévu pour durer trois mois, avec 18 audiences étalées jusqu'au 28 mars. Il risque la perpétuité.

Agé de 28 ans, le suspect répond de 28 tentatives d'assassinat, contre les personnes qui se trouvaient dans le bus visé par les bombes et un motard de l'escorte policière. L'homme a été transféré au tribunal depuis la prison de Bochum, selon la télévision allemande NTV. La justice a en effet renoncé à l'incarcérer à Dortmund, où il aurait été potentiellement en danger, de nombreux détenus étant aussi des fans du Borussia.

>> A relire aussi: «J'étais pétrifié, je n'ai pensé qu'à ma fille, je voulais survivre», Bartra raconte en détail l'attaque du bus

Par chance, les trois engins explosifs remplis de clous, cachés dans une haie, étaient mal positionnés et n'ont fait que deux blessés, le défenseur espagnol Marc Bartra, touché au poignet par des éclats de verre, et le motard touché aux tympans par le souffle d'une explosion. L'un des clous projetés par l'explosion s'est cependant fiché dans l'appui-tête du siège occupé par Bartra. Le joueur espagnol, selon les experts, a échappé à la mort à quelques centimètres près.

L'avocat de l'accusé, Carl Heydenreich, semblait vouloir tirer profit de ces faits pour démontrer que son client n'avait pas d'intention criminelle: «Un seul morceau de métal est entré dans le bus. On a prouvé qu'un seul morceau de métal avait touché le bus. Posez-vous la question: est-ce qu'il n'a pas pu ou est-ce qu'il n'a pas voulu?», a-t-il lancé devant la presse avant l'ouverture des débats. La défense a également reproché «une campagne médiatique sans précédent pour juger unilatéralement» Serguei W. avant même que la justice ne se prononce.

Certains joueurs toujours angoissés

Ce 11 avril, l'équipe était en route vers le stade pour disputer un quart-de-finale de Ligue des champions contre Monaco. Presque un an plus tard, certains joueurs assurent qu'ils portent toujours l'angoisse en eux. Qu'un pétard explose en tribune ou qu'un véhicule passe un peu trop près du bus lors du retour à l'hôtel, «et tout le cinéma se met en marche dans ma tête», assure Matthias Ginter, transféré entretemps depuis à Mönchengladbach.

Juste après l'attentat, l'enquête s'était d'abord orientée vers le terrorisme islamiste, sur la foi de lettres laissées sur place par l'auteur. Puis vers les pistes de l'extrême droite et de l'extrême gauche allemandes. Finalement, la police est remontée jusqu'au jeune homme, dont le plan était de tuer plusieurs joueurs pour faire chuter en bourse les actions du club, contre lesquelles il avait spéculé à la baisse.