Lièvremont mise sur l'ancien

Alexandre Pedro

— 

Après une Coupe du monde ratée à domicile, avec une défaite en demi-finale contre l'Angleterre et deux autres contre l'Argentine, l'heure est au renouveau pour le XV de France
Après une Coupe du monde ratée à domicile, avec une défaite en demi-finale contre l'Angleterre et deux autres contre l'Argentine, l'heure est au renouveau pour le XV de France — Martin Bureau AFP

Inutile de chercher la trace d’un petit nouveau sur la liste donnée par le staff des Bleus pour affronter le Pays de Galles, samedi. Marc Lièvremont et ses adjoints révisent leurs classiques pour le dernier chapitre de ce Tournoi.

Pour retrouver la liste des 22 joueurs convoqués cliquez ici.

Dans ces rappelés de la dernière heure, quatre Toulousains sont mobilisés (Servat, Dusautoir, Elissalde, Heymans), ainsi que le Parisien David Skrela et le Clermontois Elvis Vermulen. Conséquence directe, Marc Lièvremont se prive de cinq joueurs lancés par ses soins (Diarra, Picamoles, David, Guirado et Tomas). Et dernière surprise du Tournoi, il se passe de l’ailier Aurélien Rougerie, pourtant excellent contre l’Italie.

Vers une charnière de métier

Pas vraiment aidée par un cinq de devant souvent ballotté, la troisième ligne new-look a manqué de volume physique et de poids, diamnche face à l’Italie. Avec les retours de Dusautoir et de Vermulen, le staff tricolore recentre le débat sur l’impact et la percussion, afin de fixer les Gallois dans l’axe.

La charnière est l’autre secteur où les entraîneurs français misent sur le métier. Elissalde, brillant en position d’ouvreur avec Toulouse face à Bayonne, revient à la mêlée et sera en concurrence avec un Yachvili, à l’aise au pied mais fébrile en défense et pas assez dynamique sur les sorties de balle.

David Skrela prend numériquement la place du berjalien Yann David, blessé, mais que l’on ne devrait pas tarder à revoir en Bleu. Le Parisien peut couvrir les postes de centre (une possible association avec Jauzion) ou reprendre celui d’ouvreur à François Trin-Duc, parfois brouillon contre les Italiens. Face à des Gallois capables de dynamiser le moindre ballon, le profil plus classique de Skrela donne plus de gages dans la gestion du jeu.

Battre les Gallois: c'est «extrêment compliqué»

Si le XV de France veut coiffer les Gallois sur le fil, il doit l’emporter samedi par 20 points d’écart. Facile à résumer de la sorte, limite utopique si on se fie au niveau de jeu déployé par le XV du Poireau depuis le début du Tournoi. Marc Lièvremont ne cherche pas à entretenir inutilement la dramaturgie de ce dernier match: «Rivaliser contre les Gallois au Millennium [à Cardiff], c'est déjà un gros challenge vraiment excitant à vivre. Les battre par plus de vingt points paraît extrêmement compliqué. Il n'y a pas de message en ce sens adressé aux joueurs».

Pour maintenir la flamme d’ici à samedi, on peut toujours se dire que «l’extrêmement compliqué» est parfois le meilleur allié du XV de France.