Le roi Lyon tient à sa couronne

S. Bordas - ©2008 20 minutes

— 

En Ligue 1, l'élection n'est pas loin d'être pliée. Vainqueur de Bordeaux hier soir à Gerland, le champion sortant lyonnais est en ballottage très favorable pour boucler un septennat au sommet du football hexagonal. Plus que les six points d'avance en tête du classement, l'OL a incontestablement pris un ascendant psychologique, cinq jours après son élimination européenne.

Trois cartons jaunes lors des sept premières minutes, plus une prise de catch non sanctionnée de Henrique sur Cris : d'entrée, le choc portait bien son nom. L'OL le débloquait rapidement. Le centre-tir puissant de Grosso était ainsi repris au premier poteau par Bodmer, lequel trompait Ramé (1-0, 11e). L'ex-Lillois doublait la mise sur un exploit personnel : contrôle de la poitrine, petit lob pour éliminer Diawara et reprise de demi-volée en ciseau (2-0, 23e). Au bord du K.-O., Bordeaux réagissait sur coup de pied arrêté. Le boulet de canon de Wendel ne laissait aucune chance à Coupet (2-1, 34e). Ce dernier se reprenait en détournant une nouvelle tentative du Brésilien (41e).

Lyon reprenait son forcing après la pause. Sur un coup franc de Juninho détourné de la main par Diawara, Benzema voyait sa reprise de la tête repoussée par la barre (49e). L'international tricolore prenait sa revanche dans la foulée d'une frappe du plat du pied, après un une-deux avec Fred (3-1, 50e). Bordeaux ne lâchait rien. Chalmé provoquait un penalty que transformait Cavenaghi, malgré Coupet (3-2, 60e). L'égalisation n'était pas loin, mais le portier lyonnais repoussait in extremis le coup de boule de Diarra (63e). Lyon gérait la fin de la rencontre avec intelligence, à l'exception d'un attentat de Réveillère sur Wendel (69e). Keita marquait, lui, dans les arrêts de jeu (4-2, 94e).