Le Racing tombe de très haut

Jérôme Sillon - ©2008 20 minutes

— 

Quelle mauvaise opération ! Les Ciel et Blanc ont raté le coche à l'occasion du derby de l'Est comptant pour la 28e journée de L1, samedi à la Meinau. Après la gifle (0-3) infligée par le voisin messin un mois plus tôt en Coupe de France, ils ont tendu l'autre joue (2-3) face à la lanterne rouge du championnat. Une deuxième défaite consécutive à domicile qui fait désordre. « Il est évident qu'il y a eu des lacunes individuelles inacceptables à ce niveau », peste le président Philippe Ginestet. L'arrière-garde strasbourgeoise a complètement pris l'eau, les attaquants Grenat s'en donnant à coeur joie dans le dos de défenseurs pris de vitesse.

La chute est d'autant plus douloureuse qu'une fois le score ouvert par Diop contre son camp (1-0, 38e), le Racing pointait à la 7e place du classement. Mais les Strasbourgeois ont ensuite encaissé deux buts (55e et 75e), et, malgré un penalty généreux obtenu par Wason Renteria et transformé par Alvaro Santos (2-2, 85e), ils ont été incapables de préserver le match nul. Le club alsacien repasse 14e et se complique la vie dans la perspective du maintien. « Il fallait se contenter du nul. C'est là qu'on voit l'expérience que doit acquérir cette équipe, analyse le manager général Jean-Marc Furlan. C'est son destin d'avoir des imperfections, des fragilités, de lutter. Cet ascenseur émotionnel la rend attachante. Il faudra faire corps jusqu'au bout. » Et surtout ne plus lambiner, car le premier relégable, Sochaux (18e), est revenu à quatre petits points dans la foulée de son succès capital à Toulouse (1-2).