Lacombe n'a pas oublié Paris

Sébastien Bordas - ©2008 20 minutes

— 

Guy Lacombe attend le PSG de pied ferme, demain après-midi au Stade de la Route de Lorient. Et pas seulement parce que Rennes, 4e de Ligue 1 la saison passée, se débat également dans la zone de relégation. L'Aveyronnais garde toujours une « blessure » de son passage dans la capitale, qui s'était soldé par un licenciement en janvier 2007.

« A Paris, j'ai eu six mois intéressants avec la victoire en Coupe de France contre Marseille, puis six mois plus durs, à la limite de l'acharnement », explique Lacombe, successeur surprise de Laurent Fournier en décembre 2005. Il faut dire que lors de son arrivée dans la capitale, le microcosme parisien était sceptique. Certes, l'ex-champion olympique avait formé Zidane, Vieira et Micoud à Cannes, maintenu Guingamp parmi l'élite tout en découvrant Drogba, et emmené la « génération Pedretti » vers la Coupe de la Ligue à Sochaux. Mais sa réputation de coach caractériel le précèdait dans un vestiaire qui a connu l'ère Vahid Halilhodzic. « Il ne mérite pas sa réputation de mini-Vahid », avait prévenu le président parisien de l'époque, Pierre Blayau. Ecartés sans préavis, Rothen, Kalou, Yepes et Dhorasoo, qui perd son duel avec Lacombe et se voit licencié en octobre 2006, ne seront pas de cet avis. Les mauvais résultats du PSG seront fatals à celui que certains supporters parisiens surnomment « Moustache », même si Alain Cayzac a longtemps retadé l'échéance. « Je voulais aller au bout du projet avec lui et si Paul Le Guen n'avait pas été disponible, il en aurait été ainsi », justifie le président du PSG.