Le NRB prépare les grandes manoeuvres

David Phelippeau - ©2008 20 minutes

— 

Le club nantais, qui se déplace à Temple-sur-Lot (8e) samedi soir (22e journée), file tout droit vers la Ligue féminine. Il est en effet leader avec trois victoires d'avance sur ses principaux rivaux à neuf journées du terme du championnat. En coulisses, le président Thierry Frère - bien que « prudent » - prépare déjà l'avenir dans l'élite...

· Un budget en hausse. Il est pour l'heure de 340 000 euros (10e budget de N1). Si le NRB monte, Frère veut le faire passer à un peu plus d'1 million. Par comparaison, la moyenne des budgets des formations de Ligue s'élève à 1 247 000 euros. Pour l'accroître, il compte sur les collectivités, qui donnent actuellement 200 000 euros par an. En moyenne, l'apport des pouvoirs publics dans les clubs de l'élite est de l'ordre de 740 000 euros. En outre, la part des partenaires privés devrait augmenter, l'attrait du haut niveau aidant.

· Le problème de la salle. En Ligue, il est recommandé d'avoir une salle d'une capacité minimale de 1 000 spectateurs. Celle de Dugast ne peut en accueillir que 600. Des aménagements seront donc nécessaires. « Là, ce n'est pas notre rôle mais celui des pouvoirs publics ! », souffle Frère.

· Un effectif non bouleversé. « On va garder 70 % de notre équipe, sinon on redescendra. » Le décideur nantais est péremptoire. « Il devrait rester au moins six, voire plus, des huit filles de cette saison, poursuit-il. Et on recrutera trois très bonnes joueuses. »