Lièvremont poursuit la cure de rajeunissement

RUGBY Trois nouveaux dans le XV de France...

A.P.

— 

Rien n'est cependant joué pour la victoire finale. L'Irlande, la France et l'Angleterre, qui comptent toutes deux victoires, peuvent encore coiffer sur le fil les Gallois, qui doivent se déplacer à Dublin lors de la prochaine journée avant de finir à domicile face aux hommes de Marc Lièvremont.
Rien n'est cependant joué pour la victoire finale. L'Irlande, la France et l'Angleterre, qui comptent toutes deux victoires, peuvent encore coiffer sur le fil les Gallois, qui doivent se déplacer à Dublin lors de la prochaine journée avant de finir à domicile face aux hommes de Marc Lièvremont. — Bertrand Guay AFP

Qu’il gagne ou qu’il perde, l'entraineur Marc Lièvremont n’en démord pas: on change une équipe qui se cherche. Ce dimanche au Stade de France face à l’Italie, le XV de départ comprendra neuf changements, et encore trois bizuts. Dans l’équipe annoncée, ce sont sept joueurs qui doivent leur première sélection à Marc Lièvremont.

Pour sa première convocation, le centre de Bourgoin Yann David (19 ans) est aligné d'entrée au côté du revenant toulousain Yannick Jauzion. Le troisième ligne montalbanais Ibrahim Diarra et Fabien Barcella, pilier gauche à Auch, (24 ans tous les deux) l’accompagneront.

«Garder l’état d’esprit»

La cote d’amour voire l’indulgence dont bénéficie Lièvremont et ses adjoints, ne résisterait pas à une défaite dimanche. Depuis, son arrivée dans le Tournoi en 2000, l’Italie n’a jamais battu la France et s’est inclinée avec un passif moyen de 17 points. L’entraîneur prend donc un risque calculé en se passant de ses hommes en forme du moment, Vincent Clerc et Thierry Dusautoir.

«On a toujours aligné des équipes compétitives et des joueurs qui sont les meilleurs à leurs postes, a estimé Marc Lièvremont. Pour l'instant, la rotation ne nous a pas trop mal réussi et ce qu'on peut perdre en cohésion, on le gagne certainement en état d'esprit».

Liévremont prospecte même chez le dernier

Quand Bernard Laporte se reposait sur les joueurs rôdés à la Coupe d’Europe, Lièvremont continue de se servir dans des clubs de milieu ou même de bas de tableau. Ainsi, il donne sa chance à Fabien Barcella, dont le club d’Auch se traîne à la dernière place du Top 14.

Considéré comme une valeur sûre à ce poste de pilier, le clermontois Laurent Emmanuelli, 31 ans, n’en finit pas de voir passer le train des prétendants. Lièvremont ne l’a pas caché: Emmanuelli est trop vieux pour avoir sa chance.

Le retour d’un buteur

Une décision peut-être préjudiciable à court terme au vu des difficultés de la mêlée bleue, mais les sélectionneurs persistent: ils sont dans l’expérimentation avec parfois ses bonnes surprises (Parra, Picamoles, Trinh-Duc) et ses tâtonnements (les piliers).

Aussi bien dans le jeu que dans les choix, les entraîneurs du XV revendiquent l’excès de risque, sans vouloir pour autant hypothéquer une victoire dans le Tournoi encore accessible. Ils ont même prévu un buteur pour dimanche, avec le retour de Dimitri Yachvili en demi de mêlée. Ca peut toujours servir.

Selon vous, avec tous ces changements, est-ce que Marc Liévremont galvaude le Tournoi des VI Nations?

L’ équipe pour France–Italie:

Floch (Clermont) - Rougerie (Clermont), Jauzion (Stade Toulousain), David (Bourgoin), Malzieu (Clermont) - (o) Trinh-Duc, (m), Yachvili (Biarritz) - Ouedraogo (Montpellier), Picamoles (Montpellier), Diarra (Montauban) - Thion (Biarritz), Nallet (Castres, cap) - Mas (Perpignan), Szarzewski (Stade Français), Barcella (Auch)

Remplaçants: Guirado (Perpignan), Poux (Stade Toulousain), Méla (Albi), Bonnaire (Clermont), Tomas (Montpellier), Traille (Biarritz), Clerc (Stade Toulousain)