Jefie Amofa-Diatuo cumule les défis

Laurent Bischoff- ©2008 20 minutes

— 

C’est avec une quatrième place au 60 m des championnats de France en salle que la sprinteuse strasbourgeoise de 20 ans, Jefie Amofa-Diatuo, vient de boucler sa première saison hivernale chez les espoirs. Une médaille en chocolat au goût doux-amer: d’un côté, la déception d’avoir raté le podium, de l’autre la satisfaction après un hiver prometteur.

«Dès ma première course à Obernai (7’’59), j’ai battu mon meilleur chrono de 2007, que j’ai ensuite amélioré (7’’53 à Vittel), analyse dans un sourire Jefie Amofa-Diatuo. Je suis contente de ma régularité sous les 7’’60.»

Avant de penser à la saison estivale, la jeune fille de père ghanéen se replonge dans l’entraînement au Creps de Strasbourg. Quatre séances hebdomadaires s’insèrent dans son emploi du temps chargé d’étudiante à l’université Marc-Bloch: deux jours par semaine de cours pour devenir éducatrice sportive (dans le secteur de l’inadaptation sociale), agrémentés d’un stage à la maison d’arrêt de l’Elsau.

«Je voulais découvrir le milieu carcéral, aller vers des gens qu’on exclut de la société», explique Jefie Amofa-Diatuo. La licenciée du Racing Club de Strasbourg travaille aussi au sein de l’association Unis vers le sport. «Ça me permet d’acquérir de l’expérience dans ma formation. J’interviens dans des écoles de mon quartier, le Neuhof, où l’on propose d’essayer un peu tous les sports.» Sa vocation d’éducatrice sportive semble donc toute trouvée.
avenir
Si une carrière professionnelle dans l’athlétisme pourrait la séduire, Jefie Amofa-Diatuo y met un bémol. «Il faut avoir les résultats qui suivent.» A commencer par les championnats de France Espoirs cet été,
où elle visera le podium du 100 m.