«La forme n'est pas correcte», le président du Barça allume Neymar et le PSG

FOOTBALL Josep Maria Bartomeu n'a pas aimé l'attitude de son ex-joueur...

M.C.-V.

— 

Josep Bartomeu à New York le 20 juillet 2017.
Josep Bartomeu à New York le 20 juillet 2017. — Mark Lennihan/AP/SIPA

Le Barça rumine (encore) le départ de Neymar. Président du club catalan, Josep Maria Bartomeu a fermé violemment le livre de la romance entre l’attaquant brésilien et le FC Barcelone. « Je veux refermer un chapitre appartenant au passé. Neymar a fait partie de notre club mais maintenant, c’est de l’histoire ancienne », a-t-il déclaré lors du 38e Congrès mondial des supporters du club, ce lundi.

>> A lire aussi : PSG: «Ma famille et moi sommes éblouis», Neymar en a pris plein la vue à la Tour Eiffel

Bartomeu nourrit quelques regrets à l’encontre de son ancien joueur. « Nous savions qu’il y avait une possibilité que Neymar nous quitte un jour, c’est pourquoi nous avions augmenté sa clause lors de sa dernière prolongation. […] Il a pris sa décision, mais la forme n’est pas correcte. Il ne s’est pas comporté comme nous l’attendons d’un joueur du Barça. Nous aurions préféré plus de franchise. »

« Le Barça n’est la propriété d’aucun cheikh »

Après avoir perdu la bataille contractuelle, le président du FC Barcelone contre-attaque dans la joute verbale. Le Catalan a placé un joli tacle. « Aucun joueur ne peut être au-dessus du Barça. Aucun intérêt personnel ne peut être supérieur à celui du Barça », a-t-il martelé.

>> A lire aussi : Un rescapé du crash de Chapecoense affronte le Barça

Bien sûr, le PSG en a pris une petite aussi. « Nous sommes un club de plus de 140.000 socios. Le Barça n’est la propriété d’aucun groupe, d’aucun investisseur, d’aucun cheikh ou oligarque. » On se demande bien à quel club cette dernière phrase est destinée…

Bartomeu et son équipe sont désormais poussés à réinvestir la somme record de 222 millions d’euros dans un transfert avant la fin du mercato le 31 août. Ousmane Dembélé et Philippe Coutinho font partie des recrues envisagées, pour des sommes supérieures à 100 millions. Mais son président a prévenu lundi qu’il ferait preuve de « prudence » avant tout transfert : « Les 222 millions d’euros que nous avons reçus pour Neymar seront gérés avec prudence, rigueur et sérénité », a indiqué Bartomeu.