Tour de France 2017: Froome est chaud… Aru, Porte et Bardet dans le coup… Ce qu’on a appris sur la Planche

CYCLISME Si vous avez raté la première étape de montagne, «20 Minutes» vous résume tout ça...

B.V.

— 

Chris Froome et ses rivaux sur la Planche des Belles Filles
Chris Froome et ses rivaux sur la Planche des Belles Filles — Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP

Première arrivée au sommet : check. Mercredi, le peloton a escaladé la Planche des Belles Filles, le vrai test de ce début de Tour. Avec pour résultat une victoire d’étape pour l’Italien Fabio Aru et le maillot jaune sur les épaules de Chris Froome (déjà). Et plein d’autres enseignements. Premier bilan.

>> A lire aussi : Tour de France 2017 : Fabio Aru remporte la 5e étape entre Vittel et la Planche des Belles Filles

Chris Froome va être dur à battre…

Bon, bon, bon… Il a beau nous dire que « c'est un petit avantage et la course est loin d'être dessinée », on commence déjà à flipper pour le suspense. Chris Froome est encore en grande forme sur ce Tour de France, sa montée à la PDBF nous le prouve. Déjà maillot jaune, le double vainqueur en titre possède une demi-minute d’avance sur ses principaux adversaires et semble en avoir sous la pédale en montagne, tant sa seule accélération du jour a fait mal.

… mais son équipe est (peut-être) un poil moins forte

Si vous êtes un anti-Froome, c’est la raison d’espérer n°1. Dans cette ascension, le fameux « train Sky » s’est activé, a écrémé, mais n’a pas martyrisé le peloton. Très rapidement même, sa garde rapprochée s’est réduite à Nieve et Thomas, qui ont tous les deux montré des signes de faiblesse. « Quand il a attaqué, je suis resté avec mes équipiers et j'ai attendu la réaction des autres, analyse-t-il. Mais personne n'a bougé. Je me suis décidé à y aller mais on a peut-être top attendu. » Est-ce que la Sky est moins forte cette année ? Réponse en très haute montagne ce week-end.

… mais Porte, Aru et Bardet sont dans le coup

Raison d’espérer n°2 : Froome a trois concurrents vraiment crédibles. Le premier, Fabio Aru, a remporté l’étape en sortant like a boss à 2,5 kilomètres de l’arrivée. « Quand j'ai attaqué, c'était pour voir où en étaient les autres », explique-t-il, l’air de dire qu’il va faire très, très mal en montagne pendant ce Tour. Les deux autres, Richie Porte et Romain Bardet, ont résisté sans trop morfler à l’attaque de Chris Froome. « Je m'en sors pas mal aujourd'hui, analyse le Français. J'ai toujours eu l'habitude d'attaquer le Tour de manière un peu compliquée, là c'est rassurant. C'est une bonne mise en jambes. » Le vainqueur du Tour se trouve sans doute parmi ces quatre hommes.

Quintana, Contador, Fuglsang vont avoir du mal

Il ne faut pas les éliminer tout de suite, mais quelque chose nous dit qu’ils ne seront pas dans le coup cette année. Présent sur le Giro (2e), le Colombien Quintana a semblé très court sur l’attaque de Chris Froome, même s’il a réussi à recoller un peu sur la fin de la montée (+34 secondes sur Aru, +14 sur Froome). Même constat et même résultat pour Contador, qui commence à payer son âge. Le vainqueur du Dauphiné, Jakob Fuglsang a lui confirmé qu’il serait surtout un équipier pour Aru jusqu’à Paris. Bref, ces trois-là devraient, sauf regain de forme, avoir perdu tout espoir de maillot jaune dès dimanche soir.

Les grimpeurs français vont jouer les étapes

Hors Romain Bardet, dont on a causé plus tôt, ne comptez vraiment pas sur les Français pour le général. Les grimpeurs Pierre Rolland (+2’24), Thibaut Pinot (+4’11), Warren Barguil (+4’40) ont fait ce qu’on attendait d’eux aujourd’hui : perdre du temps. D’abord parce qu’ils n’étaient pas capables de tenir le rythme des meilleurs, ensuite parce que ça les arrange pour sortir de la surveillance des grosses équipes et partir dans les échappés. Les trois visent désormais des victoires d’étapes.

On devrait se régaler

Vu comme ce Tour est dessiné (un seul contre-la-montre, peu d’arrivées au sommet) et les forces en présences, on devrait se régaler dans les deux semaines qui viennent. Résumons :

  • Des Français qui vont viser les victoires d'étapes et prendre toutes les échappées
  • Aru, Porte et Bardet qui vont tenter par tous les moyens de déstabiliser Froome
  • Des coureurs de panache (Contador, Quintana, Dan Martin) qui n’auront pas grand-chose à perdre et vont dynamiter la course dans tous les sens

Pour les prochaines scènes de spectacle, rendez-vous ce week-end (jeudi et vendredi, les sprinteurs devraient se régaler). D’abord samedi avec une petite mise en jambe à la station des Rousses, et surtout dimanche avec l’étape reine de ce Tour entre Nantua et Chambéry.

Mais qu'est-ce qu'elle est belle cette 9e étape bordel...
Mais qu'est-ce qu'elle est belle cette 9e étape bordel... - /www.letour.fr