Jean-Baptiste Adolphe veut se faire un nom

S. B. - ©2008 20 minutes

— 

A Marcel-Cerdan encore plus qu'à Coubertin, le public s'agite dès qu'il aperçoit la silhouette dégingandée de Michel Jean-Baptiste Adolphe. Malgré des statistiques modestes (3,3 points et 2,2 rebonds en neuf minutes de jeu en moyenne), le pivot martiniquais de 27 ans, qui a débuté le basket sur le tard (18 ans), est l'un des rares joueurs à donner satisfaction au staff du Paris Levallois.

Samedi contre Nancy (64-79), l'ancien meilleur débutant de Pro B la saison passée avec Levallois s'est battu comme il a pu (6 points, 8 rebonds). « Michel est peut-être à son maximum niveau talent. Il y a mieux sur le banc, mais il n'y a personne qui se donne autant que lui, tranche l'entraîneur Ron Stewart, lequel accorde davantage de confiance au joueur que ne le faisait Elias Zouros, pourtant féru de défense. Pour moi, il doit rester sur le terrain, d'autant qu'il est un des rares spécialistes du rebond dans notre équipe. » Avec le possible départ de Jurica Golemac, qui pourrait rejoindre Zouros en Grèce, Jean-Baptiste Adolphe, dont le « rêve » serait « d'intégrer l'équipe de France », devrait avoir d'autres occasions de prouver sa valeur.