Pouliquen et l'échappatoire messin

Jérôme Sillon - ©2008 20 minutes

— 

On attendait son retour à la Meinau sur le banc d'une équipe de Ligue 1 le 8 mars prochain, lors du derby de l'Est comptant pour la 28e journée du championnat. Le tirage au sort des 16es de finale de la Coupe de France en a décidé autrement. Yvon Pouliquen, ancien milieu défensif (de 1991 à 1996) puis entraîneur du Racing (de novembre 2000 à l'été 2001), est attendu vendredi soir (20 h 30) en Alsace avec le FC Metz. Un club qu'il a rejoint en début d'année et qui est déjà condamné à la descente en Ligue 2. Malgré un léger mieux depuis son arrivée, le Breton constate l'étendue des dégâts causés par une première moitié de saison catastrophique (une seule victoire en 23 journées). « Ce n'est pas facile. Il y a beaucoup de travail. Il a fallu réduire le groupe, changer l'organisation de jeu. Mais le plus gros chantier reste le côté mental. » Pour soigner des âmes traumatisées, Yvon Pouliquen connaît le remède. En 2001 avec le Racing puis en 2002 avec Lorient, il n'avait pu empêcher la descente en L2. En revanche, les deux fois il a remporté la Coupe de France en fin de saison. Alors jamais deux sans trois avec Metz ? « Il n'y a pas de recette, car c'est une compétition très aléatoire, nuance le successeur de Francis De Taddeo. Je n'y attache pas une importance particulière, même si elle peut se transformer en aventure humaine et sportive fantastique. Pour nous, ce sera d'abord un moyen de s'évader du championnat. Une sorte d'échappatoire. »