Les Violets flirtent avec la zone rouge

Nicolas Stival - ©2008 20 minutes

— 

« Il reste encore beaucoup de matchs ; il vaut mieux que cela nous arrive aujourd'hui qu'à cinq journées de la fin. » Hier midi, Elie Baup a tenté de dédramatiser une situation qui s'était pourtant sérieusement aggravée la veille au soir lors de la 22e journée (sur 38) de L1. Battu à Strasbourg (0-2), le TFC occupe désormais la 17e place, avec 26 points. A une longueur à peine d'Auxerre, 18e et premier relégable. Si Toulouse chute devant Nice (4e) demain (20 h) au Stadium, et si dans le même temps la formation bourguignonne domine Nancy, les Violets plongeront dans la zone rouge...

Hier matin, les joueurs ont pris la parole après la séance vidéo. Pour évoquer leurs nombreuses lacunes, notamment la friabilité défensive dans l'axe du terrain. « C'était constructif, lance le milieu Nicolas Dieuze. Mais cela reste des paroles, il faut désormais les mettre en application. » Un peu plus tôt devant la presse, le président Olivier Sadran s'était également exprimé sur la situation sportive du club : « Il faut retrouver de la cohérence et la joie de jouer. Il faut aussi arrêter de pleurnicher sur tout et sur rien. » Pas la peine pour Baup de compter sur d'autres renforts que Salim Arrache et Ratinho, lors du mercato d'hiver. Il devra composer avec un groupe très diminué, et peut-être privé pour un long moment de Bryan Bergougnoux, si ce dernier doit finalement être opéré de son épaule droite.