Les Marine et blanc sur la bonne voie

Rémi Bostsarron - ©2008 20 minutes

— 

Il serait très exagéré d'affirmer que les Bordelais se sont baladés, hier soir, face à Saint-Etienne (1-0, 22e journée). Bien moins tranchants que lors de leurs dernières sorties, ils ont plutôt montré que quand leur beau jeu se fait la malle, leur réalisme peut les sauver. Englués dans un milieu très dense, ils ont longtemps souffert pour approcher de la surface adverse.

En première période, après des tentatives non cadrées de Wendel (1er) et Cavenaghi (6e), seul le milieu brésilien, sur coup-franc, a sollicité Viviani, gardien stéphanois (43e), alors que les visiteurs, en contre, se sont procurés trois fois plus d'occasions. Quand l'arbitre a sifflé la mi-temps, le stade a sifflé ses protégés. Un but allait suffire à le faire chanter. La libération est encore une fois venue de sa coqueluche, le buteur argentin Fernando Cavenaghi, sur un ballon mal dégagé (55e). Bellion (60e, 73e) manquait de doubler la mise, puis les Verts ont poussé, mais en vain, et les Marine et Blanc, par Obertan, ont vendangé un dernier contre, à trois face au gardien (93e).

Revenus à trois points de l'Olympique Lyonnais, les Girondins ont surtout creusé l'écart avec Nancy (3e), tenu en échec par Marseille et relégué à 5 longueurs. La course à la Ligue des Champions est bien engagée. Pour le reste, s'ils poursuivent à ce rythme, tous les espoirs leur sont permis. Même en secret.