Le golfeur Raphaël Jacquelin a ravi le titre de nº1 français à Thomas Levet cette saison

© 20 minutes

— 

Vous finissez 20e du circuit européen et premier Français. Est-ce votre meilleure saison ? Depuis que je suis passé pro, c’est ma meilleure année. J’espère confirmer cela la saison prochaine. Mon objectif est d’accrocher une place pour la mythique Ryder Cup (qui oppose tous les deux ans une sélection européenne à une sélection américaine, Ndlr), épreuve pour laquelle je suis aujourd’hui virtuellement qualifié. Vous n’avez que 29 ans. L’avenir est donc devant vous ? Tous les joueurs, les coachs et les préparateurs mentaux m’ont expliqué que l’âge d’or pour un golfeur se situe entre 30 et 40 ans. Il ne me reste donc plus beaucoup de temps à attendre (rires). Les Français sont-ils respectés sur la planète golf ? Jean Van de Velde et Thomas Levet, avec leurs performances au British Open, ont permis au golf tricolore de prendre du galon. Nous sommes de plus en plus reconnus sur le plan international. On commence enfin à nous prendre au sérieux. Quand on parle golf, on cite toujours Tiger Woods. Cela vous dérange-t-il ? Non, au contraire. Tiger Woods est une sacrée locomotive. Grâce à lui, tout le monde cherche à donner le maximum, et ce, à tous les niveaux : joueurs, organisateurs, sponsors... Vous êtes venu au golf presque par accident, après avoir beaucoup pratiqué le football. Des regrets ? Oui, j’adore le ballon rond et je suis son actualité. Dans une autre vie, j’aurais aimé être un joueur professionnel. La semaine dernière, j’étais en Espagne et j’en ai profité pour aller voir deux matchs de Liga. La saison est terminée. Quelles sont les vacances d’un golfeur professionnel ? Soleil, pêche et repos : le bon cocktail pour préparer la prochaine saison. Propos recueillis par Jérémy Alen