JO: Désolé Pierre de Coubertin, le slogan de Paris 2024 sera en anglais

JEUX OLYMPIQUES Les dirigeants de la candidature parisienne se tournent vers l'international...

Romain Baheux

— 

Désolé la team francophonie, mais le slogan de Paris 2024 sera en anglais.
Désolé la team francophonie, mais le slogan de Paris 2024 sera en anglais. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Ce sera une « strapline à résonance internationale ». Pardon, un slogan en anglais pour traduire la novlangue des boss de Paris 2024. Vendredi, jour de remise de la troisième partie du dossier au CIO, ces derniers dévoileront LA phrase qui VA faire la différence dans la course aux JO. Oubliez donc « La force d’un rêve », utilisé dans les premiers mois de la candidature, place à THE slogan (oui, ça ne se dit pas, mais vous voyez l’idée).

Pourquoi en anglais ?

Non, pas juste parce que ça claque. Au rayon « promis-on-a-appris-de-nos-erreurs-de-Paris-2012 », on trouve le slogan. En 2005, la candidature tricolore portée par Bertrand Delanoë avait dégainé avec le très franchouillard « L’amour des Jeux », imaginant que l'attachement inconditionnel supposé du CIO pour la langue du Baron de Coubertin suffirait à remballer nos adversaires anglais.

Douze ans plus tard, les porteurs du projet de Paris 2024 ont décidé de mettre les Larousse de côté. « On doit partager notre projet avec le plus grand nombre possible », nous glisse-t-on. En présence des consultants britanniques Nick Varley et Mike Lee, les réunions ont ainsi été menées dans la langue des Beatles pour accoucher, en fin d’année 2016, de ce qui doit incarner la candidature parisienne.

Et ils n’ont pas peur que ça gueule ?

Quand on voit le foin engendré par quelques mots en anglais dans la chanson de notre dernier représentant à l’Eurovision, on imagine déjà la tête des ardents défenseurs de la langue française quand ils découvriront la chose vendredi, sur le thème « vous trahissez nos racines ».

Du côté de Paris 2024, on a déjà préparé la riposte. « On rentre dans un nouveau cycle de vie du projet, il faut bien comprendre à qui l’on s’adresse, explique-t-on. On doit envoyer un message au monde. Et, c’est un fait, le monde, il parle plus anglais ou espagnol. »

Et il va ressembler à quoi ?

« On espère éviter les fuites jusqu’à l’annonce officielle vendredi soir », prie Paris 2024. Sur ce qu’on a glané à droite et à gauche, on peut quand même vous dire :

  • que la notion de partage, répétée 425.823 fois par les chefs de file Tony Estanguet et Bernard Lapasset, sera mise en avant. Et qu’on nous a beaucoup parlé du rêve olympique.
  • qu’il aura une VF
  • qu’il sera composé de trois-quatre mots (ce n’est pas un scoop, mais on fait ce qu’on peut)

Du coup, on a envie de proposer un « SHARE THE DREAM » ou « SHARE THE GAMES » ou un truc avec Share. Promis, on ne sera pas loin du compte.