Tennis: «Si c'était moi je serais suspendu jusqu'en 2025»... Kyrgios se paye Djokovic

PUNCHLINE Nick Kyrgios a réagi au pétage de plomb de Djokovic en finale du tournoi de Doha...

W.P.
— 
Nick Kyrgios, ce rebelle
Nick Kyrgios, ce rebelle — Vaughn Ridley / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Souvenez-vous, c’était au mois d’octobre 2016. La terre entière était tombée sur Nick Kyrgios, coupable d’avoir balancé un match contre Mischa Zverev à Shanghai. Son comportement imprévisible lui a valu d’être suspendu trois semaines et de consulter un psychologue.

Du coup, quand l’Australien a vu Novak Djokovic arracher son maillot, casser une raquette et envoyer une balle sur une spectatrice en finale du tournoi de Doha contre Murray, il a ri jaune.



Kyrgios estime sur son compte Twitter, images à l’appui, que s’il avait été à la place de Nole, il aurait « été suspendu jusqu’en 2025 ». Pas forcément faux. En revanche, pas sûr que cette sortie hasardeuse ne serve sa cause. Tu vaux mieux que ça, Nick.