Vendée Globe: Coup de fatigue pour Le Cléac’h… Eliès, Dick, Le Cam face à une grosse dépression… Le journal de la course

VOILE On est presque à J + 37 sur ce Vendée Globe 2016-2017…

W.P.

— 

Armel Le Cléac'h
Armel Le Cléac'h — LOIC VENANCE / AFP

On ne peut pas dire que ça bouge réellement au classement. Au contraire. La distance qui sépare les principaux groupes aux avant-postes de la course se creuse un peu plus sous l’impulsion d’une météo capricieuse dans les mers du Sud.

Le Cléac’h ne laisse pas Thomson revenir

Contrairement à ce que l’on avait prédit la veille, Alex Thomson n’a pas pu profiter de la grosse dépression qui sévit dans le Sud pour refaire son retard sur le Français. Au contraire, et alors que la situation lui était défavorable, le Français a repris le large à bord de Banque Populaire VIII. Il compte près de 200 milles d’avance sur le Britannique, mais a perdu beaucoup d’énergie dans la bataille. Fatigué, Armel Le Cléac’h n’en perd pas le moral pour autant.

Le classement à 9h

1. Armel Le Cléac’h (Banque Populaire VIII)

2. Alex Thomson (Hugo Boss) à 183,69 milles

3. Paul Meilhat (SMA) à 1386,57 milles

4. Jérémie Beyou (Maître Coq) à 1453,84 milles

5. Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) à 2259,09 milles

Eliès, Dick et Le Cam… Trois manières d’éviter une dépression

La mauvaise opération des prochaines 48 heures est pour le trio composé de Yann Eliès, Jean-Pierre Dick et Jean Le Cam. Les trois skippers vont affronter une grosse dépression qui les oblige à concéder des centaines de milles dans la course au podium. Le risque d’affronter des creux de 8 à 11 mètres ainsi qu’un vent très fort oblige les trois hommes à revoir leurs priorités.

Face à cette situation critique, les stratégies divergent. Eliès n’a pas trop le choix et fait du surplace en attendant que ça passe. Dick a pour sa part pris l’option d’un détour gigantesque par le Nord, avec des vents favorables à une vingtaine de nœuds. Enfin, Jean Le Cam reste un peu plus au Sud en « pédale douce » comme il l’a expliqué, en espérant ne pas affronter des vents supérieurs à 40 nœuds.

Didac Costa va-t-il encore gratter des places ?

Il n’est vraiment pas mauvais, l’ami Didac Costa. L’Espagnol, parti avec 800 milles de retard sur l’avant-dernier (désormais dernier) Sébastien Destremau, est désormais dans le coup pour remonter à la 19e place de la course. Bon, on ne s’enflamme pas vu qu’il a tout de même 400 milles de retard sur Pieter Heerema, mais rien ne semble impossible au vu du chemin accompli par Costa jusqu’ici. D’autant qu’il affectionne particulièrement les mers du Sud dans lesquelles il est entré il y a trois jours. On en reparle dans quelques jours.