«Football leaks»: Comment ses conseillers se sont engraissés sur le dos de Pogba

EVASION FISCALE Mino Raiola et Oualid Tanazefti n'ont pas à se plaindre de leur partenariat avec le joueur français...

J.L.

— 

Paul Pogba et son agent Mino Raiola en vacances.
Paul Pogba et son agent Mino Raiola en vacances. — Instagram Paul Pogba

C’est la révélation du jour de Mediapart. Comme Ronaldo, Di Maria, ou Pastore, Paul Pogba encaisse les dividendes de ses droits d’image depuis un paradis fiscal situé à Jersey. Si l’international tricolore a sans nul doute sa part de responsabilité, les écrits de Mediapart font aussi apparaître le caractère proprement carnassier des conseillers du Mancunien.

>> A lire aussi: «Football Leaks»: Paul Pogba aussi gère ses droits d'image depuis un paradis fiscal

L’agent historique de Pogba, Oualid Tanazefti, celui qui l’a découvert à 13 ans au Havre, lui a d’abord fait signer en 2014 un contrat par lequel « il s’appropriait les revenus issus des droits à l’image du joueur pendant quinze ans », via une société luxembourgeoise. 15 ans pendant lesquels Pogba ne toucherait rien du tout, alors que Tanazefti, qui aurait déboursé 2 millions d’euros pour acquérir ces droits, encaisserait sa part (30 %) à chaque rentrée d’argent. Une clause ubuesque sachant qu’en 2029, date initiale de fin du contrat, Pogba sera en toute fin de carrière, s’il ne l’a pas déjà arrêtée !

Ce contrat très désavantageux pour Pogba aurait été rendu caduc par un accord à l’amiable entre Tanazefti et le nouvel agent du Français, Mino Raiola, en 2015. Ce dernier n’est pas à plaindre non plus. Mediapart révèle qu’au cours des quatre années passées par Pogba à la Juventus, il aurait touché près de 10 millions d’euros du club italien, soit presque autant que le salaire du joueur sur la même période. Des chiffres que ni Tanazefti ni Raiola n’ont souhaité commenter, dénonçant tous deux des « informations mensongères ».