En football, l'Irlande reste coupée en deux

G. Anger - ©2007 20 minutes

— 

Il en faudrait plus pour qu'un Irlandais baisse les bras. L'équipe nationale d'Irlande du Nord possède encore une infime chance de se qualifier pour l'Euro. Pour cela, il faudra battre l'Espagne chez elle, et espérer un faux pas de la Suède, à domicile devant la Lettonie, demain. « Nous ne nous avouerons jamais vaincus. J'ai plus de fierté que jamais de porter ce maillot. Nous pouvons créer l'exploit », assure David Healy, meilleur marqueur de ces éliminatoires avec 13 buts. Une situation difficile mais que l'Eire, éliminé depuis longtemps, lui envie.

Fort de cette réussite, la fédération nord-irlandaise (IFA) a récemment fait appel à la Fifa pour régler un problème qui en dit long sur les tensions entre les deux pays. Depuis 1998 et les accords de paix du Vendredi saint, l'Eire possède le droit d'appeler les Nord-Irlandais qui n'ont pas encore été sélectionnés dans leur pays, tandis que l'inverse n'est pas possible. Le récent passage au sud de l'espoir de Manchester United Darron Gibson a ainsi provoqué la colère de l'IFA.

Début novembre, la Fifa a proposé « que chaque joueur, né d'un côté ou de l'autre de la frontière, puisse choisir le pays pour lequel il décide de jouer ». Une proposition accueillie aussi chaleureusement au nord (« Cela va dans le bon sens », a fait savoir l'IFA) que froidement au Sud. « Je suis abasourdi. Comment la Fifa compte faire pour appliquer un règlement différent de celui qui est en vigueur pour les 206 autres pays membres ? », s'est indigné le patron de la fédération irlandaise, Howard Wells. Le rugby a depuis longtemps trouvé la solution puisque les joueurs des deux pays jouent... sous le même maillot.