« Notre effectif est trop limité »

Recueilli par D. P. - ©2007 20 minutes

— 

Régis Boissié

Meneur de jeu de l'Hermine de Nantes.

Nantes (8e) accueille la lanterne rouge Reims (10e journée de Pro B), ce soir, à 20 h, à Beaulieu. A quel type de rencontre vous attendez-vous ?

Il y a tous les ingrédients du match piège. On ne doit pas sous-estimer cette équipe, qui est sur une spirale négative, mais qui descend de Pro A. Les équipes de bas de classement jouent souvent plus libérées à l'extérieur. Il ne faut pas qu'ils commencent à remonter la pente chez nous... Et puis, en cas de succès, on peut monter dans les cinq-six premiers de la poule. Ce serait une entame de championnat très intéressante.

Vous connaissez bien ce club pour y avoir passé six ans (1998-1999 et 2000-2005)...

J'y ai passé de belles années avec un passage de la Nationale 1 à la Pro A. Actuellement, ils vivent des moments noirs en raison, notamment, de soucis financiers. Le problème à Reims, c'est que le foot prend une place trop importante. On avait réussi à attirer les regards lorsqu'on était en Pro A, mais dès qu'il y avait des mauvais résultats, ça s'estompait. C'est un peu à l'image de Nantes, même si le bassin « basket » dans la région est beaucoup plus important et le potentiel public fort.

Qu'est-ce que le club nantais peut envier aux ténors de Pro B ?

On envie la richesse de leur effectif. Le nôtre est trop limité. On joue à 8 alors que les équipes du haut tournent à 10, voire 11. On a des jeunes derrière, mais on ne peut pas leur demander d'être productifs dès qu'ils sortent de la catégorie cadets...