PSG-OM: Garcia a bétonné, Paris a galéré, mais qu’il était mauvais ce Classico

FOOTBALL Le Parc des Princes a vu un bien triste 0-0…

Romain Baheux

— 

Rudi Garcia pour son premier match au Parc des Princes contre le PSG
Rudi Garcia pour son premier match au Parc des Princes contre le PSG — Francois Mori/AP/SIPA

Au Parc des Princes,

Si un jour l’OM remporte de nouveau la Ligue des champions, comme son nouveau propriétaire Franck McCourt l’espère, peut-être rira-t-on du premier Classico du Marseille sous pavillon américain. En attendant, on s’est surtout lamenté dimanche. Trois jours après son arrivée, Rudi Garcia a blindé, ramenant un match nul du Parc (0-0). Mais franchement, le PSG n’a pas fait grand-chose pour perturber ses plans.

Le plus bétonneur ? L’OM pour la première de Garcia

Ceux qui avaient connu les sorties flamboyantes de son Lille et suivi les aventures romaines du nouvel entraîneur de l’OM ont dû voir trouble. 72h après son intronisation, Rudi Garcia a aligné un onze ultra-défensif en 5-3-2, ressortant Rolando du placard.

Résultat ? Le premier nul entre les deux équipes depuis quatre ans, mais pas un tir marseillais à signaler. Le premier coach de l’ère McCourt, qui a marqué son territoire en prenant le brassard à Diarra pour le confier à Gomis, offrira sans doute davantage de jeu dans le futur. Ce qui ne sera, on vous l’accorde, pas très compliqué.

Le plus laborieux ? Encore le PSG

OK, l’OM avait creusé des tranchées dans la pelouse du Parc des Princes et ça n’est jamais simple de briller quand on est le seul à vouloir jouer. Mais même regroupé de la sorte, un onze du niveau de ce Marseille ne devrait pas constituer un tel obstacle pour une équipe aux ambitions européennes.

Mais devant, Cavani a croqué, Di Maria s’est perdu, Lucas a couru dans le vide et deux des occasions les plus notables sont venues de défenseurs, Aurier (35e) et Maxwell (81e). Plus que les six points de retard sur Nice, encore anecdotiques, c’est surtout les moments d’apathie du PSG qui perturbent. A corriger très rapidement.

Les plus en forme ? Les ultras parisiens

On commence à se réhabituer à leur présence, déjà remarquée contre Bâle, mais dans un Classico, c’est encore plus appréciable. Les plus de deux cents membres du Collectif Ultra Paris acceptés dans les tribunes du Parc des Princes ont donné du corps à un match soporifique. Du tifo déployé à l’entrée des joueurs aux chants répétés entre les virages Auteuil et Boulogne en passant par la danse grecque dos au terrain, on commence à revoir ce qui faisait le charme de l’enceinte parisienne. Pour que le reste du stade les suive, il aurait fallu un PSG-OM plus enthousiasmant. Mais ça, ça n’est pas du fait des ultras.