Gasquet dans le dernier carré

TENNIS On connaît les quatre demi-finalistes du Masters de Paris-Bercy...

G.B. avec AFP

— 

Richard Gasquet en quart de finale de l'Open de Bercy contre Andy Murray, le 2 novembre 2007
Richard Gasquet en quart de finale de l'Open de Bercy contre Andy Murray, le 2 novembre 2007 — reuters

Dans le dernier carré. Richard Gasquet disputera les demi-finales de Paris-Bercy. Vendredi soir, le Biterrois est venu à bout de l'Ecossais Andy Murray . Un succés aquis en trois manches (6-3, 0-6, 6-4) et en 1h38 de jeu. Devant un public parisien tout acquis sa cause, Gasquet se mesurera samedi à David Nalbandian. L'Argentin s'est défait de David Ferrer (7-6 (7/3), 6-7 (3/7), 6-2.

Gasquet-Baghdatis, un fauteuil pour deux

Cette victoire face à Murray permet en tout cas à Gasquet de se rapprocher d'une qualification pour le Masters de Shanghaï, qui aura lieu du 11 au 18 novembre. Une défaite de Marcos Baghdatis face à Rafael Nadal propulserait le Français parmi les huit meilleurs joueurs de la saison. Ce serait alors une première depuis Sébastien Grosjean, il y a six ans.

Mais depuis le début de la semaine, le Chypriote est en forme. Son tableau de chasse est impressionnant. Il a battu successivement Ferrero, Ljubicic, Davydenko et Tommy Robredo 6-4, 6-4, vendredi. Sans perdre le moindre set.

Nadal, la bête noire

La tâche de Baghdatis s'annonce pourtant ardue face au n°2 mondial. D'abord parce que Nadal a étendu à vingt-quatre victoires sa série d'invincibilté à Paris, Roland-Garros et Bercy confondus. Vendredi, l'Espagnol a batu Mikhail Youzhny en quarts de finale. Score final: 6-4, 6-2. Si l'on excepte une élimination en qualifications en 2003, non-comptabilisée dans les bilans de l'ATP, le n°2 mondial n'a encore jamais perdu un match lors des quatre tournois qu'il a disputés dans sa ville préférée. Ensuite parce qu'en quatre rencontres, le Chypriote n'a pris qu'un set à la terreur de Manacor. il est sa bête noire.

Triple vainqueur de Roland-Garros, Nadal a enregistré vendredi son troisième succès à Bercy, où il apparaît pour la première fois dans le tableau final. Il reste en course pour un septième titre cette saison et une dixième victoire en Masters Series. A une longueur de Pete Sampras, cinq de Roger Federer et sept du record d'Andre Agassi. Absent lors des trois dernières éditions, le meilleur ennemi de Federer profite de la nouvelle surface déroulée cette année au POPB, qui est nettement moins rapide et prend plus les effets.

Sa place dans le dernier carré à Bercy lui permet au passage de se réconcilier avec les fins de saison. En 2006, il avait perdu quatre de ses neuf matches disputés après l'US Open et cette année encore il n'a pas brillé en automne, puisque c'est la première fois depuis Cincinnati, en août, qu'il atteint les demi-finales d'un tournoi. Avant de venir à Paris, il restait par ailleurs sur une déroute mémorable (6-1, 6-2) à Madrid contre David Nalbandian, qu'il pourrait retrouver en finale dimanche.