JO2016: Le naufrage des commentaires de France TV

POLÉMIQUE Les spectateurs des JO en ont marre. Les commentaires de France TV n’amusent plus personne…

Pierre Cloix

— 

Daniel Bilalian, qui a crée la polémique avec ses commentaires, le 24 janvier 2015.
Daniel Bilalian, qui a crée la polémique avec ses commentaires, le 24 janvier 2015. — ISA HARSIN/SIPA

A chaque nouvelle grande compétition sportive, c’est la même histoire. Les téléspectateurs se plaignent de tout un tas d’approximations, de propos limites ou de manques de connaissances de la part des commentateurs (on se souvient de Candeloro et des JO de Sotchi...). France TV le sait très bien, et pourtant, les JO de Rio de 2016 sont eux aussi entachés de « gaffes » : parfois ça fait sourire, d’autres pas du tout.

Daniel Bilalian champion de la maladresse ?

Cette année, ça a commencé dès la cérémonie d’ouverture. L’accusé ? Daniel Bilalian, le grand patron du sport chez France 2, jugé trop bavard, approximatif, voir carrément révisionniste. Du coup, les réseaux sociaux s’en sont donnés à cœur joie :

Donc voilà. On en est là. Un rythme carrément ennuyant pour certains : « Daniel Bilalian va réussir à rendre le Brésil chiant » peut-on lire sur Twitter… Un pays entier devenu barbant à cause de commentaires ? C’est fort. Mais quand on passe à de la maladresse qui pourrait très clairement être interprétée par du racisme, ça devient gênant… « Esclavage nécessaire… Considéré comme nécessaire. » C’est avec ces mots que Daniel Bilalian a commenté une représentation brésilienne sur la colonisation… Ajoutez à cela une faute sur le nom d’un philosophe français (Auguste Comte) et le verdict des internautes est sans appel :

Du racisme latent ?

S’il ne s’agissait que d’un seul homme, la faute serait peut-être assez vite oubliée. Sauf que, tout au long des épreuves, on a le droit à un commentaire ponctuel plutôt déplacé :

« Des Pikachu » pour qualifier les gymnastes japonais : alors soit la fièvrePokémon Go s’est emparée de la rédaction sport de France 2 et on a voulu en rire, soit c’est très clairement limite comme commentaire. « Mentalité brésilienne », « mauvaise foi » des Tunisiens… Les écarts continuent de pleuvoir depuis le début de la compétition.

Difficile niveau sport

On pourrait se dire que le métier de ces commentateurs c’est avant tout le sport, et que le reste est secondaire… Seulement, sur les réseaux sociaux, la qualité des commentaires sportifs ne vient pas apaiser les téléspectateurs, loin de là :

Certes, il est difficile pour un commentateur d’être efficace et pertinent dans chacune des disciplines présentes aux JO (il y en a quand même beaucoup). Mais le problème c’est que quand les téléspectateurs allument leur télévision pour regarder un sport en particulier, dont ils connaissent les moindres subtilités, avoir un « C’est fort ! » sans plus, ça peut être rageant.

Pendant quinze jours, les yeux du monde entier sont rivés vers Rio et le Brésil, ce qui rend la marge d’erreur extrêmement mince pour les médias et pour les commentateurs en direct en particulier. Mais dans une époque où tout le monde donne son avis sur tout avec les réseaux sociaux, la moindre bourde peut coûter cher.

D’ailleurs, le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) a saisi le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) concernant les commentaires de la cérémonie d’ouverture…