JO 2016: Une star de la NBA veut (vraiment) rencontrer Samir Aït-Saïd pour le soutenir après sa terrible blessure

JEUX OLYMPIQUES Paul Georges, victime lui aussi une double fracture ouverte tibia péroné en 2014 souhaite l’encourager et « lui donner quelques conseils »…

A.Mag.

— 

Samir Aït-Saïd le 7 août à Rio
Samir Aït-Saïd le 7 août à Rio — Rebecca Blackwell

Les vidéos et photos de sa terrible blessure ont fait le tour du monde. Le gymnaste français, Samir Aït-Saïd, allongé aux sol pendant de longues minutes, les mains sur son visage, victime dimanche d’une double fracture ouverte tibia péroné de la jambe gauche, pendant l’épreuve olympique de cheval-d’arçons.

Samir Aït-Saïd dimanche 7 août
Samir Aït-Saïd dimanche 7 août - Rebecca Blackwell

Parmi les milliers de messages de soutien d’athlètes et d’anonymes, ému par ce coup du sort, ceux du basketteur américain Paul Georges, victime de la même blessure en 2014, résonnent de manière particulière. « J’ai mal pour toi mon frère. Je vais prier pour toi ! Tu reviendras plus fort, crois-moi. »

« Je suis là pour toi, à tes côtés mon frère »

Lors d’un match d’entraînement, à Las Vegas, en vue de la coupe du monde a laquelle il devait participer avec son équipe nationale, Paul Georges s’était brisé le tibia contre le montant du panier. (Attention âmes sensibles s’abstenir)

Revenu sur les terrains après un an de convalescence, l’ailier a décidé de rencontrer personnellement Samir Aït-Said pour lui apporter son soutien.

Selon LeMonde, une entrevue entre les deux sportifs était prévue lundi avant d''être annulée en raison du match USA - Venezuela. « Je suis là pour lui. Dès qu’il est prêt à me voir je viens. Je ne sais pas trop s’il est déjà sorti de l’hôpital mais à un moment ou un autre, j’irai le voir, on discutera. J’aimerais qu’il puisse s’inspirer de moi. Je sais ce que c’est de vivre ça. Peut-être que les quelques mots que je lui dirai pourront l’aider. Pour lui, je sais que c’est dur. Je veux vraiment l’encourager, qu’il reste la tête à son sport. Les JO, c’est la vitrine des gymnastes. Il s’est sans doute entraîné toute sa vie pour ça. »

Paul Georges contre le Venézuela
Paul Georges contre le Venézuela - Charlie Neibergall

Interrogé par des journalistes après la rencontre, Paul Georges a maintenu et expliqué sa décision « Je ne le connais pas et il ne me connaît pas » mais « Ça m’a ramené à des jours douloureux. Je ne voulais pas voir ça, mais pour surpasser cela et lui parler, je devais regarder ce qui s’était passé. C’était dur mais c’était nécessaire pour savoir quels conseils lui donner. Je ne voulais pas parler à l’aveugle, donc voilà, je suis là pour lui. »