NBA: Pourquoi Durant se fait flinguer après sa signature à Golden State

BASKET Kévin Durant s’est engagé lundi avec les champions NBA 2015, une mauvaise nouvelle pour tout le reste de la ligue…

A.Mag.

— 

Kévin Durant pendant les finales NBA
Kévin Durant pendant les finales NBA — Marcio Jose Sanchez

C’est officiel depuis lundi, Kevin Durant, l’un des tout meilleurs joueurs de basket de la planète s’est engagé en faveur des Golden State Warriors.

Si la décision était attendue, elle n’en reste pas moins inhabituelle dans le petit monde de la NBA, tellement attaché à l’équilibre des forces et à une répartition équitable des joueurs entre toutes les franchises. La décision de Kevin Durant de signer à Golden State a donc été fortement critiquée au sein même de la ligue, particulièrement par les joueurs. Le légendaire Paul Pierce y est ainsi allé de son attaque directe: «Si tu ne peux pas les battre, rejoins-les».

Un tweet repris par le meneur de Portland, Damian Lillard. Et leur avis est partagé par un paquet d'observateurs et de fans. «Quelqu'un t'a battu et tu le rejoins? Les superstars ne font pas ça mec...» se lamente Jusuf Nurkic, joueur de Denver.

Car tout le problème est là, Durant ne rejoint pas un candidat au titre mais l’équipe qui vient de battre le record historique du plus grand nombre de victoires en une seule saison.

>> A lire aussi : NBA: 73 victoires ! Ca y est, les Warriors ont battu le record historique des Bulls

Bref un collectif déjà exceptionnel. Vous me direz qu’il est normal pour un joueur de rallier une bonne équipe quand la sienne n’est pas au niveau.

LeBron James avait bien quitté Cleveland pour rejoindre Miami, créer une équipe de tueurs, rouler sur la NBA et remporter deux titres. OK. Paul Pierce, qui fait le malin dans son Tweet avec son smiley pensif, lui aussi avait fait venir à Boston, au milieu des années 2000, Allen et Garnett deux superstars de l’époque, pour enfin gagner un titre. OK.

Mais Kevin Durant ne débarque pas en Californie en provenance d’une obscure franchise du fin fond de la ligue. Non.

En mai dernier, l’Oklahoma de Durant et Westbrook faisait trembler Stephen Curry et sa bande en menant 3-1 lors de la finale de conférence (qui se dispute au meilleur des sept matchs) avant de s’effondrer et de perdre les quatre rencontres suivantes.

>> A lire aussi : NBA: Golden State est encore vivant, mais OKC peut conclure à domicile samedi

Le mec avait donc toutes les cartes en mains pour se hisser en finale et gagner son premier titre, mais non. En signant en californie Durant choisit clairement la facilité.

Imaginez si en foot, les meilleurs joueurs de l’Athlético Madrid décidaient de rejoindre le Real après leur défaite en finale juste pour maximiser leurs chances de titres. Impensable.

Surtout dans le modèle américain:

  • La draft permet aux plus mauvaises équipes d’enrôler les jeunes les plus prometteurs au début de chaque année.
  • Le salary cap (plafond salarial) permet de limiter la masse salariale d’une franchise pour éviter qu’elle accumule trop de bons joueurs.

Si le premier des deux principes est plutôt bien respecté, le deuxième aujourd’hui tout le monde s’en fout. Les dirigeants des grosses équipes préfèrent payer une forte amende (Luxury tax) plutôt que de voir partir leurs meilleurs joueurs.

Il y a quelques jours les Warriors ont donc versé 14,8 millions de dollars à la ligue pour avoir allègrement dépassé le plafond.

Avec la signature de Kévin Durant les Californiens faussent donc encore plus la concurrence. Et acceptent de payer très cher pour enfreindre les règles. Reste à savoir si ce choix sera payant, mais il est certain que tout mauvais résultat de la franchise sera regardé de très près.