Pour Vladimir Poutine il n'y a pas de «dopage organisé par l'Etat»

ATHLETISME Tous les sportifs russes sont pour l’instant suspendus des internationales d’athlétisme…

A.Mag. avec AFP

— 

Le président russe Vladimir Poutine à Saint Petersbourg, le 17 juin 2016
Le président russe Vladimir Poutine à Saint Petersbourg, le 17 juin 2016 — OLGA MALTSEVA AFP

Il n’y a pas de programme de « dopage organisé par l’Etat » russe, a assuré vendredi Vladimir Poutine, à quelques heures de la décision de la Fédération internationale d’athlétisme sur la participation des athlètes russes aux jeux Olympiques de Rio (5 au 21 août).

« Il n’y a pas et il ne peut y avoir aucun soutien de l’Etat, spécialement en ce qui concerne le dopage », a affirmé le président russe avant d’ajouter qu' « Il ne peut pas y avoir de responsabilité collective pour tous les sportifs. Une équipe entière ne peut pas porter toute la responsabilité pour une seule personne ayant commis une violation » des règles antidopage. Pour l’instant tous les sportifs russes sont suspendus de toute compétition internationale d’athlétisme.

« le problème du dopage n’est pas limité à la Russie »

Selon le président russe, « le problème du dopage n’est pas limité à la Russie » et « certains essaient de politiser » cette question. « Nous sommes catégoriquement contre le dopage (…) Nous l’avons combattu et le combattrons au plus haut niveau ».

>> A lire aussi : Euro 2016: Poutine ironise sur le «passage à tabac de plusieurs milliers d'Anglais»

Ces déclarations interviennent alors que l’Agence mondiale antidopage a affirmé mercredi que ses contrôleurs avaient fait face à des menaces des services secrets russes et avaient eu de grandes difficultés à mener des contrôles antidopage.

Pourtant la Russie tente depuis plusieurs mois de convaincre l’IAAF qu’elle a répondu aux demandes de l’Agence mondiale antidopage (AMA) et mérite d’être réintégrée dans le giron de l’athlétisme mondial. Au cours des dernières semaines, elle a ainsi annoncé l’introduction de cours obligatoires sur la lutte antidopage, recruté « 50 spécialistes étrangers » pour renforcer les pratiques antidopage ou encore des contrôles renforcés pour les athlètes souhaitant participer aux JO-2016.