Coupe du monde de Rugby: les Pumas dans le dernier carré

QUART DE FINALE Apre combat en perspective entre l'Argentine et l'Ecosse pour le dernier billet dans le carré mondial...

S.A et J.H.

— 

Argentina's Agustin Pichot passes the ball during their Group D Rugby World Cup match against Ireland at the Parc des Princes stadium in Paris September 30, 2007.
Argentina's Agustin Pichot passes the ball during their Group D Rugby World Cup match against Ireland at the Parc des Princes stadium in Paris September 30, 2007. — REUTERS/Pascal Rossignol
Le score: 19-13 pour l'Argentine.

80e. C'est gagné, l'Argentine est pour la première fois en demi-finale.
Elle sera opposée à l'Afrique du sud, pour un match assurément costaud!

78e. Les Argentins ont de plus en plus de mal à tenir sous la pression écossaise. Physiquement, ils ont l'air cuit. Auraient-ils mal dosé leur préparation?

77e. Atahulpa en a marre, il attend le «fugitif».
Certes, mais vu le nombre de redif, on connaît la fin. Là, pour ce math, il y a encore du suspens!!

75e. Les Ecossais sont dynamiques, mais perdent des ballons importants.
Il leur reste 6 minutes pour faire mentir mon pronostic. En tout cas, le coaching a payé, le XV du chardon fait meilleure mine. Même Lamont fait peur quand il charge.

71e. Encore un en-avant sur un regroupement argentin.
Les Pumas s'agacent de leurs erreurs techniques. Les deux équipes défendent comme si une qualification en dem-finale d'une coupe du monde en dépendait. Les chocs sont rudes.

68e. En avant du pack argentin.
Etrange, même eux ont l'air surpris. Auraient-ils la pétoche?

65e. Les Argentins sont à la merci d'un essai transformé. Ça ne vous rappelle rien?
Et voilà que la Marseillaise résonne à Saint-Denis... Elle est pour qui? Les Ecossais? Les Argentins? Allez savoir!

60e Un vent de folie souffle sur le stade.
Après 20minutes de ballon travaillé off the record, les Ecossais partent au large, un peu à l'instant, en mettant de la vitesse, avec une charge de Smith, qui met du désordre dans les lignes des deux équipes et pour finir, essai écossais. Cusiter, tout en coin!!! 19-13, les Ecossais reviennent dans le match!

56e. Le coach écossais a pas l'air content de ses gars, il en change quatre d'un coup.
Ça va suffire? Côté argentin, c'est Hassan qui va mettre sa voix au concert de la première ligne puma.

54e. Hernandez, qui a manqué un bon petit paquet de coup de pied, vient de réussir un truc:
depuis de ses 30mètres, il envoie l'ovale chez les Argentins. Mais bien, hein, correct: à deux mètres de la ligne de touche. Sur le renvoi écossais, Hernandez qui a dû changer de chaussures à la pause, enquille un drop.

47e. La pénalité de Parks passent largement à gauche des poteaux.
Ils ne sont quand même pas brillants, les Ecossais. Les Argentins ne sont pas flamboyants, mais ils restent intelligents. Ça va être dur pour les Britanniques.

Vous trouvez ce match soporifique? C'est surtout un gros combat, hyper tactique, donc pas forcément télégénique.

41e. Les gros pumas font des merveilles,
mais les Ecossais ne veulent pas jouer à prendre un essai d'avants. Ils écroulent un maul. Pénalité pour Contepomi et hop 16-6.

Retour de vestiaires

41e. Lolocentral penche pour Lamont-able.
Pas mal! Quelqu'un d'autre veut jouer?

40e. Y a failli y avoir quelques bourre-pifs, mais comme c'est la mi-temps,
et que les rugbymen ont pas l'habitude de régler les contentieux en dehors du terrain, ça devrait se calmer dans le couloir. On va faire une pause, c'est half time!

38e. Les Ecossais ont enquillé une pénalité, mais les Argentins poussent.
La première ligne des Pumas fait le ménage, se montre à son avantage avec Longo et Roncera, mais sur une mêlée, se fait chopper par l'arbitre pour défaut de jointure entre les lignes.

36e. Petite contribution de Clicnapping, qui se moque de Jurrassik Parks. C'est Lamont qu'il faudrait chambrer, c'est lui multiplie les cagades...

33e. Esssssaaiiiii!? oui. Pour les Argentins.
Un dégagement de Parks contré sur ses 22, Longo est plus malin que Parks et Lamont: l'avant de Clermont est un gros mais ça l'empêche pas de se glisser, le petit fûté, entre les les deux Ecossais Parks et Lamont, qui font semblant de défendre, pour aplatir. Essai. Transformé: 13-3

30e. Les Ecossais ne sont pas sortis de leur moitié de terrain depuis quelques jours. Alors ils tentent de jouer au pied, mais ne trouvent pas la touche. Ah si, directe.

27e. Les Argentins sont sur la ligne des 22 écossaise, Hernandez rate le drop.
Lamont relance, fait n'importe quoi et se retrouve sous une montagne de bleu ciel et blanc. C'est con, ça donne une pénalité facile pour Contepomi. C'est fait: 6-3.

24e. Hernandez est à la rue en ce début de match:
un dégagement contré, une glissade, des touches pas trouvées. Il nous fait quoi el Maggo?

22e.Placage haut sur Hernandez, qui touche un nombre phénoménal de ballons. Pénalité, Contempomi? Cette fois, c'est fois, c'est bon. Egalisation 3-3.

19e. La première ligne argentine tente de mettre la main sur la balle: au ras, et on ouvre, mais c'est pas encore ça. On alterne, c'est brouillon, mais ce sont les Sud-Américains qui font le jeu.

16e. Coup de pied de mammouth de Parks. Sa pénalité de 55m passe entre les barres. 3-0

14e. Pénalité pour les Argentins, à droite des barres, sur les 22m écossais.
Contepomi laisse passer l'occasion d'ouvrir le score. 0-0, les Argentins bafouillent leur rugby métronomé.

13e. Hernandez rate a failli ne pas trouver sa deuxième. Rare.

10e. Hernandez joue pour lui même au pied, jongle. Il est taclé? On dirait! Magique.

8e. Hernandez ne déroge pas à sa chandelle.
A force de voir les ballons pleuvoir, les Ecossais finissent par ne pas être complètement imperméables. Contepomi s'empare du volant.. Touche écossaise, rien.

6e. Les Ecossais ne sont pas vraiment les favoris,
mais ils sont prêts à recevoir le jeu argentin. Présents sur les chandelles, ils tentent même un croisée (Parks): ce ne sont pas les Blacks Français; en avant.

4e. Faute pour les Argentins, mais Hernandez bafouille:
il ne tente pas la pénalité et son coup de pied ne trouve pas la touche.

2e. Les Ecossais forment le maul, ils sont mis en difficulté mais sur une chandelle de Parks, met les arrières argentins dans le souci.

1re. Et c'est le petit génie argentin qui se met en évidence immédiatement avec un drop qui passe à côté.

Et c'est partiiiiiiiiii! L'engagement est pour l'argentin Hernandez, qui ferme les yeux.
La Marseillaise dans les oreilles, joli sens de l'hospitalité?

20h52 - Les hymnes. On frémit déjà pour Flower of Scotland. L'hymne argentin fait pleurer les joueurs. A l'émotion, l'Argentine est devant. A la tension, l'Ecosse mène.

20h39 - Relive. Nouvelle-Zélande - France sur l'écran du Stade de France. Les tribunes chantent La Marseillaise.

20h15 - Foot dans les tribunes.
En tribune de presse, au milieu d’un fort contingent argentin, on ne parle que de la victoire toute fraîche de River Plate sur Boca Juniors (2-0). Et on chambre le journaliste de 20minutes.fr qui a commis l’erreur d’être boquense…

19h48- communion argentino-écossaise. Devant le Sdf, beaucoup de communion entre Ecossais et Argentins, comme une amitié naturelle entre désargentés de l’Ovalie et mal-aimés du rugby. Dans leur coin, les supporters français crient : «Chabal, Chabal»… Comme un hiatus…

19h24. Une partie du public est frustrée ce soir. L’essentiel de l’assistance est en effet française et avait pris ses tickets dans l’espoir d’un France-Ecosse. Du coup, pleins de footix partout autour du Stade de France, écharpes autour du cou, moumoutes tricolores sur la tête. Et les Argentins en victime expiatoire. Ce soir, les supporters français chanteront «allez les bleus» en pensant marine plus que céleste.

18h58. Dans le métro bondé, une bande de potes dissertent du KO de Betsen. L’un remarque : «logiquement, il est interdit de terrain pendant trois semaines». Pas faux, étant sorti sur perte de connaissance. Un autre rétorque: «Mais ce matin, ils ont dit qu’il n’avait jamais perdu connaissance…» Alors, tout va bien…


Avant-match:

Les statistiques plaident en faveur des Argentins qui l'ont emporté six fois en neuf matches depuis 1969 et cinq fois sur cinq depuis 1990, la dernière en novembre 2005 à Murrayfield (23-19). «On ne peut pas laisser échapper ce rendez-vous historique» a affirmé le troisième latte Juan Martin Fernandez-Lobbe, alors que le Superclasico Boca-River, derby de Buenos Aires et sommet du foot mondial, a été avancé exprès pour que les Gauchos puissent suivre l'événement.

«Une place dans l'histoire»

L'Argentine n'atteint les quarts de finale que pour la deuxième fois de son histoire et demeure un des grands parias du rugby mondial, exclu des compétitions internationales annuelles. Une ineptie à laquelle la bande à Agustin Pichot entend bien répondre par le jeu. L'Ecosse, après un médiocre Tournoi des six nations (dernière avec une victoire), cherche pour sa part un exploit sportif pour donner à son rugby une chance de ne pas sombrer.

D'où une charge émotionnelle colossale de part et d'autre. «La semaine dernière, il s'agissait pour nous de gagner le respect, en Ecosse et dans le monde. Cette semaine, c'est différent: il s'agit de se faire une place dans l'Histoire», a estimé Frank Hadden, l'entraîneur de l'Ecosse.

Petit périmètre

Les deux équipes se présentent avec leurs XV-types depuis le début de la compétition, qu'ils ont vécu de façon très différente. Les Pumas ont déjà vaincu deux grosses équipes (France et Irlande) et se sont montrés sérieux et appliqués contre la Namibie et la Géorgie. L'Ecosse, elle, a déroulé contre la Roumanie et le Portugal et a refusé le combat face à la Nouvelle-Zélande (0-40). Mais elle a retrouvé des valeurs saines lors de son "8e de finale" contre les Italiens (18-16).

Le combat entre le 4e mondial actuel (Argentine) et le 8e (Ecosse) est en tout cas décrit par tous les acteurs comme acharné, millimétré et concentré sur le petit périmètre. Les deux équipes excellent dans les rucks, savent pourrir, ralentir les ballons, attendre la faille et occuper le terrain par le jeu au pied. Les finisseurs, de part et d'autre, ont appris à se nourrir de peu de ballons et de beaucoup d'espoirs.
Composition des équipes

Argentine:
Corleto - Borges, M. Contepomi, F. Contepomi, Agulla - (o) Hernandez, (m) Pichot (cap.) - J.M. Fernandez Lobbe, Longo, Ostiglia - Albacete, C.I. Fernandez Lobbe - Scelzo, Ledesma, Roncero.
Remplaçants: Basualdo, Hasan, Alvarez Kairelis, Leguizamon, Fernandez Miranda, Todeschini, Senillosa.

Ecosse:
R. Lamont - S. Lamont, Webster, Dewey, Paterson - (o) Parks, (m) Blair - Hogg, Taylor, White (cap.) - Hamilton, Hines - E. Murray, Ford, Kerr.
Remplaçants: S. Lawson, Cr. Smith, MacLeod, Brown, Cusiter, Henderson, Southwell.

Arbitre:
M. Jutge (FRA)