France-Russie: Ça va être coton pour Deschamps de choisir ses attaquants

FOOTBALL Le potentiel offensif des Bleus est impressionant cette année, mais tous ne pourront pas être là à l'Euro...

N.C. au Stade de France

— 

Didier Deschamps et Anthony Martial lors d'un entraînement des Bleus, le 26 mars 2016 à Clairefontaine.
Didier Deschamps et Anthony Martial lors d'un entraînement des Bleus, le 26 mars 2016 à Clairefontaine. — FRANCK FIFE / AFP

Coman, Payet, Martial, Griezmann, Giroud, Gignac, Benzema, Valbuena, Dembélé, Fékir… Ça va en faire des candidats en attaque, certes à des degrés divers, pour la liste des 23 pour l’Euro. Du coup, on peut se demander comment Didier Deschamps va la structurer. Va-t-il choisir la solution « basique », avec huit défenseurs, six milieux et six attaquants (comme en 2014) ou plutôt l’option « offensive », par exemple en enlevant un central pour disposer d’un attaquant supplémentaire ?

>> A lire aussi: Pour Hugo Lloris, il y a «des questions à se poser sur les coups de pied arrêtés»

Cette réflexion, il se la fera forcément dans les semaines à venir. « J’aurai des choix très difficiles à faire », a-t-il répété à plusieurs reprises, lundi. Pour autant, il n’aurait pas souhaité pouvoir prendre plus de 23 joueurs si le règlement l’autorisait. « Déjà, dans les 23, certains n’ont pas l’occasion de jouer du tout. Si c’est pour faire de la compagnie… On peut doubler tous les postes, ça me semble être suffisant », juge le sélectionneur.

A chacun de gagner sa place, donc, dans cette concurrence féroce. Le match face à la Russie mardi sera de ce point de vue plus qu’intéressant. Si Payet y sera sauf gros craquage, rien n’est moins sur un joueur comme Gignac, dont la route sera bouchée si Benzema est autorisé à revenir. Mais s’il marque deux buts, qu’est-ce qu’on fait ?

« Rien à perdre, tout à gagner »

Deschamps ne le voit toutefois pas comme ça. « Peu importe le temps de jeu, ceux qui sont là doivent saisir l’opportunité. Je l’ai dit à Dimitri [Payet] vendredi, ils n’ont rien à perdre, tout à gagner. A moi de faire le tri après ». Quand on voit la composition de la poule des Bleus à l’Euro (Roumanie, Albanie, Suisse) et la polyvalence de certains (Diarra arrière droit ? Ou alors on enlève Sissoko ?), on se dit qu’il y a peut-être une place à gratter devant par rapport au « quota » prévu à la base.