Fifa: Le salaire de Sepp Blatter enfin connu fin mars

FOOTBALL L'ex-président de la Fifa ne l'a jamais divulgué en 17 ans de règne...

R.B. avec AFP

— 

Sepp Blatter au siège de la Fifa le 20 juillet 2015.
Sepp Blatter au siège de la Fifa le 20 juillet 2015. — Ennio Leanza/AP/SIPA

Le salaire de Joseph Blatter, ancien président de la Fifa suspendu pour six ans, qui n'a jamais été révélé pendant ses 17 ans de mandat, sera connu «à la fin mars», a indiqué son porte-parole mercredi.

«Le salaire de M. Blatter sera connu fin mars», a précisé dans un courrier électronique Klaus Stöhlker, interrogé par l'AFP.

Cette information doit apparaître dans le rapport financier de la Fifa pour l'exercice 2015, selon une source proche de l'organisation.

L'instance a toujours refusé de communiquer le salaire de son président, estimé par certaines sources entre 5 et 10 millions de francs suisses (entre 4,5 et 9,1 M EUR) par an.

>> A lire aussi : Infantino inaugure le musée de la Fifa, «une belle idée de Blatter»

Sepp Blatter, qui fêtera ses 80 ans le 10 mars, est entré en 1975 à la Fifa comme directeur du développement. Il en est devenu le secrétaire général en novembre 1981, avant d'être élu à la présidence pour un premier mandat le 8 juin 1998. Il a ensuite été réélu en 2002, 2007 et 2011. Le 29 mai 2015, il avait été élu pour un cinquième mandat avant d'annoncer quelques jours plus tard, le 2 juin, en pleine tourmente judiciaire, sa démission mais son maintien en poste jusqu'à l'élection de son successeur.

Mais le 8 octobre, en raison d'un versement douteux de 1,8 million d'euros à Michel Platini, il a été suspendu à titre provisoire, avant de l'être définitivement pour huit ans le 21 décembre, suspension réduite à six ans la semaine dernière.

Malgré sa suspension, M. Blatter a continué de recevoir son salaire jusqu'à la fin de son mandat, le 26 février, comme le prévoit la législation suisse sur les contrats de travail.

L'Italo-Suisse Gianni Infantino a été élu la semaine dernière à la présidence de la Fifa, secouée par l'un des pires scandales de corruption de son histoire. Lors du congrès électif, l'instance a adopté une série de réformes qui prévoient notamment la publication du salaire de son président et des membres du conseil.