Sextape de Valbuena: La FFF victime de l'affaire? Réponse vendredi

JUSTICE La Fédération française n'avait pu se porter partie civile dans l'affaire de chantage à la sextape...

N.C. avec AFP

— 

Karim Benzema et Didier Deschamps en conférence de presse, le 25 mars 2015.
Karim Benzema et Didier Deschamps en conférence de presse, le 25 mars 2015. — FRANCK FIFE / AFP

La fédération française de football (FFF) est-elle une victime de l'affaire du chantage à la sex-tape contre Mathieu Valbuena, dans laquelle Benzema est mis en examen? La justice doit à nouveau trancher vendredi, après avoir débouté une première fois l'autorité sportive de sa demande de constitution de partie civile.

>> A lire aussi: La FFF partie civile, pourquoi ça change(rait) tout

En première instance, la juge d'instruction avait estimé une telle demande irrecevable, faute d'«intérêt à agir» de la FFF. Cette dernière, qui souhaite accéder au dossier, avait interjeté appel. Sans attendre, son président, Noël Le Graët, avait déclaré Karim Benzema «plus sélectionnable jusqu'à ce que la situation évolue» sur le plan judiciaire.

Les magistrats de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles doivent rendre leur décision vendredi. Hasard du calendrier judiciaire, leurs collègues examineront au même moment un autre point procédural du dossier: le contrôle judiciaire de l'attaquant-star, qui l'empêche notamment de côtoyer Mathieu Valbuena.

Benzema va aussi savoir

Le 18 février, le joueur du Real avait connu une spectaculaire première victoire judiciaire lorsque la juge d'instruction avait, de sa propre initiative, levé l'interdiction de rencontrer Valbuena - et, le cas échéant, de porter le même maillot de l'équipe de France. Mais le parquet avait immédiatement interjeté appel de la mesure, sans rendre public ses motivations.