« Nous avons toujours notre destin en main »

Recueilli par J. Capton - ©2007 20 minutes

— 

Fabien Pelous

Deuxième ligne.

Quel est votre sentiment après le désastre de vendredi contre l'Argentine ?

Nous sommes totalement frustrés, comme j'imagine les spectateurs et les 14 millions de gens qui regardaient le match à la télé. Ce qui est le plus rageant, c'est que l'Argentine n'a rien proposé. Je ne pense pas qu'on puisse parler d'une équipe flamboyante. Mais de notre côté, ça a été une faillite collective. Nous n'avons jamais fait ce qu'il fallait pour répondre au jeu des Argentins.

Comment le groupe a-t-il réagi ?

On a pris une gifle, mais on va évacuer cette défaite et se relever.

Désormais, l'équipe de France n'a plus le droit à l'errreur...

Quoi qu'on dise, il y a encore de l'espoir. Nous ne sommes pas devenus l'équipe la plus mauvaise du monde non plus ! Mais ce qui est sûr, c'est qu'il reste trois matchs à jouer (Namibie, Irlande, Géorgie) et à gagner. Il faut arrêter de faire des calculs et prendre les points bonus, ce qui nous assure la qualification. Nous avons toujours notre destin en main et comptez sur nous pour ne pas lâcher l'affaire. Le public a joué son rôle en nous soutenant totalement, à nous de le remercier en gagnant.

Vous risquez tout de même de jouer les Blacks un peu plus tôt que prévu...

Notre objectif principal c'est toujours le 20 octobre, et cette finale au Stade de France. A un moment, il faut bien jouer contre les Blacks (sourire). Je crois qu'il va y avoir encore de bons moments pour la France dans cette Coupe du monde.