Mehdi Baala peut nourrir des regrets

Jérôme Sillon - ©2007 20 minutes

— 

Vainqueur du 1 500 m du meeting de Zurich vendredi soir (en 3'38''62), le Strasbourgeois a récidivé le lendemain lors du DécaNation (en 3'50''17) à Paris. Un double succès qui redonne à Mehdi Baala le sourire qu'il avait perdu aux Mondiaux japonais, quand il s'était fait disqualifié en demi-finale pour bousculade.

En l'absence des trois médaillés d'Osaka, le double champion d'Europe a largement dominé la concurrence en Suisse. Pour s'octroyer son troisième succès sur le circuit de la Golden League, il avait retenu la leçon en évitant de courir au premier couloir, plaçant une impressionnante accélération dans la dernière ligne droite. « Je ne voulais même pas venir ici, mais j'avais pris un engagement avec l'organisateur, explique Baala. Ça ne rattrapera pas Osaka et ça me donne des regrets. Cela prouve aussi que j'étais prêt. »

A tel point que le futur licencié du club de Lille Métropole a enchaîné par une deuxième victoire samedi, ce qui a permis à la France de remporter le DécaNation. « J'étais vraiment fatigué. Mais je me suis dit que je devais encore faire un effort. » Pour son entraîneur, Jean-Michel Dirringer, le succès à Zurich est « forcément significatif, car je n'ai pas souvenir d'un Français ayant gagné là-bas en demi-fond. Ça met du baume au coeur, mais ça n'effacera pas l'échec d'Osaka, qui restera une catastrophe par rapport au potentiel de Mehdi. » Le coeur un peu plus léger, Baala va désormais se reposer avant le meeting de Bruxelles vendredi prochain.